Faits divers – Justice

Salah Abdeslam garde une nouvelle fois le silence devant le juge

Par Géraldine Houdayer et Raphaël Godet, France Bleu mercredi 7 septembre 2016 à 21:49 Mis à jour le jeudi 8 septembre 2016 à 12:33

Franck Berton, l'un des avocats de Salah Abdeslam.
Franck Berton, l'un des avocats de Salah Abdeslam. © AFP - Matthieu Alexandre

Convoqué au Palais de justice de Paris, ce jeudi matin, pour être à nouveau auditionné, Salah Abdeslam a une nouvelle fois "exercé son droit au silence". Depuis son transfèrement de la Belgique vers la France en avril dernier, l'homme de 26 ans refuse toujours de s'exprimer.

Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats du 13 novembre à Paris, "a exercé son droit au silence" face au juge ce jeudi matin, a indiqué son avocat Frank Berton. Mais le défenseur dit avoir "bon espoir" que son client finisse par répondre à la justice : "On a bon espoir qu'il s'exprime devant les juges, mais ce n'est pas pour aujourd'hui", a ajouté l'avocat français, qui s'exprimait aux côtés de son confrère belge Sven Mary. Une scène à laquelle a assisté Alice Serrano, journaliste à franceinfo :

L'unique survivant des commandos du 13 novembre était arrivé au Palais de justice de Paris ce jeudi matin.  Il devait être entendu par les juges antiterroristes dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris et Saint-Denis, qui ont fait 130 morts. Depuis son transfert de Belgique vers la France le 27 avril, Salah Abdeslam garde le silence. L'homme de 26 ans avait refusé de se rendre à un interrogatoire du juge antiterroriste le 7 juillet dernier. Il avait déjà refusé de répondre aux questions du juge d'instruction le 20 mai dernier. Salah Abdeslam est incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, en Essonne. Il y est rigoureusement surveillé 24h sur 24, à l'abri des autres détenus.

Quatre mois de cavale

Arrêté le 18 mars dernier dans la commune bruxelloise de Molenbeek, où il a grandi, après quatre mois de cavale, il a été mis en examen en France, notamment pour assassinats terroristes. Une part de mystère entoure son rôle exact le soir des attaques. Après avoir convoyé en voiture les trois kamikazes du Stade de France, deux Irakiens partis de Syrie, et un Français de 20 ans, Bilal Hadfi, il s'est garé dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Il semble avoir erré durant la nuit, avant d'être récupéré par deux amis partis de Bruxelles pour l'exfiltrer en Belgique.

Proche d'Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques et tueur des terrasses, Salah Abdeslam a aussi eu un rôle de logisticien, louant des véhicules et des planques en région parisienne. Les enquêteurs pensent aussi qu'il a eu un rôle dans l'acheminement de djihadistes en Europe.

Partager sur :