Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Salarié fiché à la centrale de Flamanville : l'intéressé parle d"'injustice"

-
Par , France Bleu Cotentin

L'homme était juste après les attentats de Paris, parmi les musulmans qui ont accueilli la famille d'une victime cherbourgeoise à la mosquée de la ville. Il évoque un profond sentiment d'injustice.

 La centrale nucléaire de Flamanville
La centrale nucléaire de Flamanville © Radio France - Julien Pasqualini

La communauté musulmane à Cherbourg se dit indignée après les révélations du JDD sur la présence d'un salarié fiché pour radicalisation  par les renseignements au sein de la centrale EDF de Flamanville. L'homme, technicien chimiste, s'est converti il y a cinq ans à l'islam, il est aujourd'hui secrétaire adjoint de l'association qui gère la mosquée de Cherbourg.

Ce salarié a pris son poste hier comme tous les jours à la centrale de Flamanville et a reçu dit il, le soutien de sa hiérarchie. La direction du site qui évoque un technicien parfaitement intégré et n'a constaté aucune radicalisation de la part de son salarié."Il n'a jamais fait de prosélytisme" constate aussi Jacques Leconte responsable CGT sur le site de Flamanville.  

Transparence

L'intéressé était juste après les attentats de Paris parmi les musulmans qui ont accueilli la famille d'une victime cherbourgeoise à la mosquée de la ville. Il estime être transparent et n'avoir rien à se reprocher. Il évoque un profond sentiment d'injustice et assure n'avoir jamais demandé une salle de prière sur son lieu de travail. 

Côte sécurité la direction rappelle que toute personne qui travaille sur le site fait l'objet de contrôle régulier. Le salarié visé ne travaillera d'ailleurs plus à la centrale dès le 1 er décembre prochain..il a pris un congé création d'entreprise. Un départ prévu depuis un an   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess