Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Salies de Béarn : Damien Bersans renonce à faire appel

mercredi 2 novembre 2016 à 19:08 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Damien Bersans a fait appel du jugement qui l'a condamné à 25 ans de réclusion criminelle en mars dernier. Le deuxième procès devait se tenir à la fin du mois. Il renonce finalement à tenter de faire réduire sa peine.

L'immeuble incendié le jour des faits, place des vignerons à Salies
L'immeuble incendié le jour des faits, place des vignerons à Salies © Radio France - Daniel Corsand

Salies-de-Béarn, France

Damien Bersans renonce à faire appel finalement. Il devait être jugé en appel à la fin du mois par la cour d'assises des Landes à Mont de Marsan. Il s'est finalement désisté de cet appel. Le premier procès de Damien Bersans s'est tenu en mars dernier. Il a 21 ans. Il a été condamnée à 25 ans de réclusion criminelle pour avoir allumé un incendie dans son immeuble, le 21 mars 2014. Un feu qui a provoqué la mort de sa compagne Aurélie, 19 ans, et de sa petite fille Kayllana âgée de 8 mois.

Un choix difficile

Damien Bersans considère donc qu'il a plus à perdre dans un procès en appel. En l'état actuel des choses, compte tenu des remises de peines et du temps qu'il a passé en prison avant son procès, il peut espérer une libération totale ou partielle dans 9 ou 10 ans. Et puis il connait la réputation de la cour d'assises des Landes, considérée comme très sévère. Il y a le dossier également. Certes il peut de nouveau tenter de convaincre un jury que son intention n'était pas de tuer sa compagne et sa fille quand il a mis le feu à son appartement. Cela se défend. Mais il y a aussi cette image. Lui, défilant au coté du maire lors d'une marche de deuil dans les rues de Salies, quelques jours après le drame. Enfin, lors du premier procès il a n'a pas semblé prendre réellement conscience de la gravité des faits. Peut-être en est il plus conscient aujourd'hui. Peut-être est-ce pour cela qu'il renonce à faire appel.