Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Salmonelle : la bactérie trouvée à l'usine Lactalis de Craon serait "extrêmement proche" de celle de 2005

lundi 8 janvier 2018 à 23:08 Par France Bleu Mayenne et Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne et France Bleu

Les deux salmonelles découvertes à l'usine Lactalis de Craon en 2005 et en 2017 "sont extrêmement proches" selon l'Institut Pasteur. La souche de 2017 dériverait de celle de 2005. Des analyses complémentaires doivent être réalisées.

L'usine Lactalis de Craon.
L'usine Lactalis de Craon. © Maxppp - Thomas BREGARDIS

Craon, France

La bactérie à l'origine de la contamination à la salmonelle de l'usine Lactalis de Craon est probablement la même que celle qui a frappé le site en 2005, a indiqué ce lundi l'Institut Pasteur. 

Deux bactéries "extrêmement proches"

"D'après les analyses, les deux salmonelles, celle de 2005 et de 2017, sont extrêmement proches", a déclaré à l'AFP le bactériologiste Simon Le Hello, confirmant une information de la Revue de l'industrie agroalimentaire.  Simon Le Hello co-dirige le Centre national de référence salmonelle de l'Institut Pasteur à Paris, qui enquête sur cette bactérie ayant contaminé des laits infantiles.  

La souche de 2017 dériverait de celle de 2005

L'usine mayennaise avait déjà été frappée par une salmonelle alors qu'elle appartenait encore à la société Celia, avant d'être rachetée en 2006 par Lactalis.  

"On va probablement confirmer, parce que _ça reste une hypothèse_, que la souche de 2017 dérive de celle de 2005. Et on va s'assurer qu'il n'y a pas eu de cas de contamination très sporadiques entre ces deux dates", a poursuivi le scientifique. 

L'Institut Pasteur conserve en effet des souches anciennes qui vont permettre une comparaison.  

Que s'est-il passé entre 2005 et 2017 ?

Simon Le Hello n'a pas souhaité se prononcer sur les éventuels manquements de Lactalis, lui qui est spécialiste de santé humaine.  "Soit il y a eu de rares cas de salmonellose entre 2005 et 2017, soit il n'y en a pas eu et c'est un phénomène réémergent", a-t-il avancé.  

La revue RIA évoque un cas similaire, survenu aux États-Unis sur des céréales soufflées, qui selon elle "suggère que des travaux dans l'usine ont pu remettre la bactérie en contact avec le produit".  Une hypothèse qui concorde avec les propos d'une porte-parole de Lactalis, qui rappelait encore le 3 janvier que les "causes potentielles" de contamination étaient connues, évoquant des "travaux" réalisés au premier semestre 2017.  

Des centaines de lots retirés de la vente

En 2005, le groupe Celia avait procédé à plusieurs rappels successifs de produits.  En 2017, Lactalis avait dû stopper sa production le 8 décembre, après avoir découvert la salmonelle dans des laits de marque Picot et Milumel.  

Au 20 décembre, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis mi-août, dont 31 ayant consommé un lait infantile de l'usine de Craon. "Le nombre est assez faible" et "je ne pense pas qu'il devrait beaucoup évoluer", a affirmé Simon Le Hello.

Avec l'AFP.