Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Samia Ghali réclame la tenue d'un comité ministériel sur la sécurité à Marseille après un week-end sanglant

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Une dizaine de personnes ont été blessées par balles et après des coups de couteau dans les quartiers nord de Marseille ce week-end. Face à ces nouveaux actes de violence, la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône Samia Ghali en appelle au ministère de l'Intérieur.

Samia Ghali attend maintenant une réponse du ministre de l'intérieur Christophe Castaner.
Samia Ghali attend maintenant une réponse du ministre de l'intérieur Christophe Castaner. © Maxppp -

Marseille, France

Le week-end a été particulièrement violent à Marseille. Une dizaine de personnes ont été blessées après des coups de feu ou des coups de couteau, cité des Rosiers et cité de la Bricarde dans le 15e arrondissement où la piste du règlement de compte est privilégiée. Des actes sanglants qui ont fait réagir la sénatrice des Bouches-du-Rhône Samia Ghali. Dans un communiqué, elle réclame un comité ministériel au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. 

"C'est un appel de détresse parce que les Marseillais aujourd'hui sont otages dans leur propre logement, dans leur propre cité. Ce n'est pas normal que les soirs ces cités n'entendent que les armes." Samia Ghali 

D'après la sénatrice, il manque aujourd'hui à Marseille près de 200 policiers. Elle demande un renfort des forces de l'ordre mais aussi un plan "clair et coordonné" et le retour de ce qu'elle appelle "l'approche globale".  

"L'approche globale permettait de travailler avec les services d'éducation, les services sociaux, les services de l'emploi... Avec tout le monde."

Et Samia Ghali évoque à nouveau la présence de l'armée dans les cités

"Quand vous avez des enfants de 14 ans qui portent des armes, je considère qu'à un moment on est en danger alors qu'on y mette l'armée, la police... Tant qu'on y met de la sécurité ça me va." 

On verra quelle réponse apportera le gouvernement. Quatre ministres sont attendus ce mardi à Marseille pour présenter le nouveau plan national de lutte anti-drogue. 

Choix de la station

France Bleu