Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sarthe : à Coulaines, les riverains de la maison d'arrêt en ont assez des nuisances sonores

-
Par , France Bleu Maine

La maison d'arrêt de Coulaines va s'agrandir dans les prochaines années. 90 nouveaux détenus vont préparer leur réinsertion dans un service d'accompagnement vers la sortie. Une nouveauté que les riverains ne voient pas d'un bon oeil.

Les jardins et maisons donnent directement sur la maison d'arrêt de Coulaines
Les jardins et maisons donnent directement sur la maison d'arrêt de Coulaines © Radio France - Jérôme Collin

Inaugurée en 2009, la maison d'arrêt de Coulaines a été construite près d'une dizaine d'habitations. Des riverains qui sont agacés par les nuisances sonores liées à la vie des détenus. Alors, tous ne voient pas d'un bon œil l'extension de la prison. 90 nouvelles places vont être créées entre 2022 et 2027. Il s'agira d'une unité pour des détenus qui prépareront leur réinsertion.

Le plus embêtant selon les riverains, ce sont les nuisances sonores. "Les fenêtres sont ouvertes, les détenus se parlent entre eux et ce sont des mots d'oiseau. Manger dehors quand on entend des hurlements, c'est quand même pas agréable", témoigne Jeanine. À tel point que les riverains entendent les prénoms des détenus.

On les entend hurler le soir, c'est difficile de dormir les fenêtres ouvertes. Ils se traitent de tous les noms. Quand le vent est dans le bon sens, on entend bien ce qu'ils disent

Un panneau indique que les "parloirs sauvages" sont strictement interdits entre les détenus et des personnes extérieures à la maison d'arrêt - Radio France
Un panneau indique que les "parloirs sauvages" sont strictement interdits entre les détenus et des personnes extérieures à la maison d'arrêt © Radio France - Jérôme Collin

Des détenus qui échangent entre eux mais aussi avec certains de leurs amis à l'extérieur de la maison d'arrêt de Coulaines. Michel habite juste en face. Il a déjà vu des personnes s'approcher de la prison. "Ils sont cagoulés, ils sont trois en principe. Il y en a un qui passent par-dessus le grillage et il jette quelque chose par-dessus le mur", explique-t-il.

Plusieurs riverains assurent qu'un feu d'artifice a déjà été tiré près de la maison d'arrêt. "C'était un bazar du diable, on s'est levés. On entendait claquer partout. Ça devait être l'anniversaire d'un détenu", se souvient Jeanine.

Un impact sur la valeur immobilière des habitations

À cause de ces nuisances qui s'accumulent, certains habitants veulent quitter le secteur. Mais ce n'est pas facile, car les acheteurs ne se bousculent pas. "C'est une catastrophe. Notre terrain et notre maison n'ont plus de valeurs. C'est invendable. On pourrait les donner mais je ne sais même pas si les gens en voudraient", assure Michel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu