Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Sarthe : la direction des finances publiques veut rassurer les entreprises avant le prélèvement à la source

lundi 10 septembre 2018 à 17:18 Par Jérôme Collin, France Bleu Maine

Depuis la confirmation du passage au prélèvement à la source en 2019, certaines entreprises s'inquiètent. Les plus petites redoutent les frais supplémentaires liés à l'embauche d'un expert-comptable.

Impots
Impots © Radio France

Le Mans, France

A moins de quatre mois de l'entrée en vigueur du prélèvement de l'impôt à la source, "les entreprises sont toujours inquiètes", reconnaît Thierry Pourquier. Le directeur départemental des Finances publiques tente de rassurer les chefs d'entreprise. Certains se posent encore des questions sur la complexité du passage à ce dispositif. Les plus petites entreprises devront notamment faire un appel à un expert comptable. Cela représente des frais supplémentaires. "C'est vrai qu'il y aura un coût d'entrée pour cette réforme", admet Marie-Noëlle Ronchonnat, en charge des interrogations autour du prélèvement à la source à la direction départementale des Finances publiques.

Pour venir en aide aux entreprises de moins de 20 salariés, le dispositif "Titre emploi service entreprise" permettra de déléguer les tâches administratives. Une aide précieuse dont ne pourront pas bénéficier les autres entreprises. De nombreuses réunions sont organisées par la direction départementale des finances publiques, pour expliquer les démarches et rassurer les entreprises. Le centre d'appel reçoit également plus de 1 200 demandes quotidiennement.

Thierry Pourquier rappelle également qu'en cas de doutes, les salariés doivent privilégier les impôts comme interlocuteur principal. "Si un salarié a la moindre difficulté ou interrogation, il ne faut pas qu'il s'adresse au chef d'entreprise", explique-t-il.

Le salarié doit s'adresser à nos services pour qu'on puisse lui répondre. Le chef d'entreprise n'est pas là pour donner des informations en matière de fiscalité. Ce n'est pas son travail.