Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sarthe : moins de morts sur les routes en 2018, mais plus de blessés et d'accidents

-
Par , France Bleu Maine

39 personnes sont mortes en 2018 sur les routes sarthoises. Un chiffre en nette baisse par rapport à 2017. En revanche, le nombre d'accidents et de blessés est en forte augmentation.

Un panneau de signalisation indiquant une limitation de vitesse à 80 km/h
Un panneau de signalisation indiquant une limitation de vitesse à 80 km/h © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Sarthe, France

Le bilan de la sécurité routière en Sarthe en 2018 est mitigé. Le nombre de morts a nettement baissé : 39 personnes ont perdu la vie contre 53 en 2017. Mais 2017 était une année véritablement noire sur le plan de la mortalité routière. En 2018, le nombre d'accidents et de blessés a augmenté. Ce qui fait de 2018 l'année la plus accidentogène depuis 2011 dans le département.

Selon les pompiers, les accidents sont de plus en plus violents. Ainsi, de nombreuses victimes ont été transférées à l'hôpital d'Angers, où sont traités les cas les plus graves, plutôt qu'au centre hospitalier du Mans.

Aucun effet des 80 km/h ?

C'est le deuxième semestre 2018 qui a été le plus meurtrier et accidentogène. Les effets du passage à 80 km/h sur les routes départementales ne sont pas encore visibles. 23 personnes ont perdu la vie en Sarthe entre le 1er juillet et le 31 décembre. A chaque fois sur des routes départementales ou dans les agglomérations. Contre seulement 16 lors de la première moitié de l'année.

Les forces de l'ordre ont aussi relevé une hausse des conduites à risque. Excès de vitesse évidemment, conduite sans permis, consommation d'alcool ou de stupéfiants. Policiers et gendarmes seront donc sur les routes pour dissuader les automobilistes qui ne sont pas en règle.