Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sarthe : un entraîneur de rugby jugé pour viol et agression sexuelle sur deux joueuses mineures

mercredi 12 septembre 2018 à 11:29 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine et France Bleu

Un entraîneur de rugby du club de La Ferté-Bernard comparaît à partir de ce mercredi devant les assises de la Sarthe. Cet homme d'une cinquantaine d'années est accusé de viol et d'attouchements sur deux jeunes joueuses âgées de 16 ans à l'époque des faits, en 2012.

Le procès s'ouvre ce mercredi au palais de justice du Mans
Le procès s'ouvre ce mercredi au palais de justice du Mans © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

A l'époque, cet homme âgé alors de 46 ans avait semble-t-il installé entre lui et ses joueuses un climat de complicité. Ainsi, il n'était pas rare qu'il s'invite dans le vestiaire pendant le changement de tenue ou même carrément dans les douches. En prime : quelques plaisanteries graveleuses adressées à ses petites préférées. Mais selon les deux plaignantes, aujourd'hui majeures, cela allait aussi bien plus loin. 

Exercices de plaquage ou de mêlée

La première l'accuse d'attouchements répétés au niveau du sexe, trois ans durant, entre 2009 et 2012. Des faits qui auraient eu lieu lors des entraînements, au prétexte d'exercices de plaquage ou de mêlée. Mais aussi au domicile de l'accusé, qui avait l'habitude d'héberger certains filles chez lui, les veilles d'entraînement, afin de leur éviter de prendre la route ou le train tôt le matin. C'est lors de ces soirées que l'autre jeune fille explique avoir été violée, à deux reprises. 

Peur du regard des autres, peur de mettre en péril leur passion, les jeunes filles ont longtemps garder le secret... Jusqu'à ce que l'une d'elles se décide à parler en 2012. L'entraîneur lui, nie fermement ces accusations. Il assure que s'il y a eu contact physique avec les jeunes filles, c'était toujours pour le rugby. Le procès doit durer quatre jours.