Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sauver des vies grâce au don d’organes

vendredi 22 juin 2018 à 21:02 Par Marion Galland, France Bleu RCFM

La journée nationale du don d'organes avait lieu ce vendredi. C’était l’occasion de s'informer et de sensibiliser les français à cette pratique devenue automatique et qui permet de sauver des vies. 61 personnes sont en attente de greffe en Corse

don d'organe
don d'organe © Radio France - radiofrance

Ce vendredi était la 18ème journée nationale de réflexion sur le don d'organes, la greffe et la reconnaissance aux donneurs. Une occasion de sensibiliser et d'informer sur ce geste qui sauve des vies parfois in extremis. Chaque patient en état de mort cérébrale est désormais considéré comme donneur d'organes présumé. Ceux qui souhaitent s’y opposer doivent s’inscrire sur un registre national, qui enregistre à ce jour environ 300 000 personnes.

Course contre la montre

Lors de la perte d’un proche la situation n’est pas toujours évidente à gérer, d’autant qu’il faut agir extrêmement vite. 

« Un cœur, entre le moment où il est prélevé et le moment où il est greffé, il y a quatre heures, donc c’est une course contre la montre », explique Marjorie Celli Piccinotti, coordonnatrice en prélèvements d’organes et de tissus à l’hôpital d’Ajaccio. « Souvent on entend des gens qui ne veulent pas donner pour de mauvaises raisons, ils ne veulent pas donner leur corps à la science mais cela n’a rien à voir. Quand il y a prélèvement d’organes, le corps est ensuite rendu à la famille pour être enterré ou incinéré. » 

"Vivre à travers d'autres personnes"

Il y a deux ans Véronique a perdu son mari subitement suite à un accident domestique, elle ne s’est pas posé de questions. 

« J’ai proposé de donner les organes pour que d’autres personnes vivent. _C’est un moment à la fois émouvant et tragique_. Et à la fois rempli d’espoir parce que je me dis, certes il est mort mais il va vivre à travers d’autres personnes. »

Véronique, "c'est un moment à la fois émouvant et tragique"

Sur le corps du mari de Véronique ont été prélevés le cœur, les deux poumons, les deux reins, les cornées, le foie et le pancréas. « Tout a été transplanté et tous les patients sont à ce jour en bonne santé. Ça me fait chaud au cœur ». 

Pour Véronique, le don d'organe était "une évidence"

Lors du dernier recensement, on dénombrait soixante-une personnes en attente de greffe en Corse.