Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Savigny-le-Sec : une voiture roule sur des campeurs, le conducteur arrêté

jeudi 24 août 2017 à 12:22 Par France Bleu Bourgogne, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Ce jeudi 24 août, un véhicule a roulé sur un petit groupe de campeurs à Savigny-le-Sec. Le conducteur a été arrêté. Il ne s'agirait pas d'un acte terroriste.

La gendarmerie est sur place
La gendarmerie est sur place © Radio France - Arnaud Racapé

Savigny-le-Sec, France

Mise à jour jeudi 24 août 19h00

Ce jeudi matin autour de 10h15 à Savigny-le-Sec (Côte-d'Or), une voiture a accroché un campement de plusieurs tentes. Une dizaine de campeurs se trouvaient sur place : quatre ont été blessés dont deux grièvement, même si leurs jours ne sont pas en danger. Un hélicoptère du CHU de Dijon a été dépêché sur les lieux pour évacuer l'une des victimes.

Une soirée entre jeunes qui tourne mal

Comme il le fait régulièrement durant l'été, Jean-Michel Staiger, le maire de Savigny-le-Sec, avait autorisé la veille des jeunes de la commune à camper et faire la fête sur un terrain communal, à l'occasion d'un anniversaire. Une trentaine de jeunes étaient invités, une vingtaine d'autres ont rejoint le groupe dans la nuit. Un jeune homme d'une vingtaine d'années s'est alors greffé à la fête, mais il serait arrivé seul. Ce dernier, selon les dires des personnes présentes, avait l'air hagard et n'a presque pas communiqué durant la soirée.

Le lieu du campement  - Radio France
Le lieu du campement © Radio France - Arnaud Racapé

On n'arrivait pas à comprendre ce qu'il disait

Parmi la vingtaine "d'intrus", c'est le comportement de ce jeune homme qui interpelle Maxime, l'un des organisateurs de la soirée : "On ne savait pas avec qui il était venu, on n'avait aucune information sur cette personne. C'est quelqu'un qui a dû entendre la musique, qui s'est dit que c'était dans les bois, que ça devait être une fête, et il est arrivé. J'ai un ami qui lui a demandé plusieurs fois d'où il venait, qui c'était, qui l'avait emmené, mais en fait c'était qui était un peu désorienté, on n'arrivait pas à comprendre ce qu'il disait."

J'ai vu deux de mes potes à terre

Arrive le matin : il ne reste qu'une dizaine de jeunes sur place, certains ont installé des tentes à proximité. L'individu lui, n'a pas bougé. Vers dix heures, il décide de prendre une voiture laissée là sans doute avec la clé sur le contact. Il recule, heurte une première tente où dormaient deux jeunes, puis il manœuvre au milieu des arbres, roule sur une autre tente avec ses occupants à l'intérieur, en marche arrière... puis en marche avant. Avant de prendre la fuite et d'être interpellé une dizaine de kilomètres plus loin, sur la commune de Daix. D'autres jeunes comme Lucas ont dormi sur place, mais dans leur voiture. Il raconte n'avoir rien entendu : "Je me suis réveillé, j'ai bu un coup d'eau, je suis parti là-bas, et un de mes potes m'a dit ce qu'il s'était passé, qu'un type avait volé la voiture de Tristan et roulé sur les tentes. J'ai vu deux de mes potes à terre, un troisième qui allait mieux."

Un deuxième accident causé par la même personne

Quatre campeurs ont donc été blessés, deux superficiellement, mais les deux autres, dont un jeune de 17 ans, souffriraient de fractures assez graves ; notamment au bassin, à une vertèbre et à l'humérus. Le conducteur a quant à lui poursuivi sa route à grande vitesse, avant d'avoir un accident avec une autre voiture. Les gendarmes ont ainsi pu l'interpeller, non sans mal car il a riposté, blessant très légèrement trois des militaires.

Immédiatement placé en garde-à-vue, il en est sorti dans l'après-midi pour être hospitalisé, l'examen médical l'ayant déclaré inapte à la garde-à-vue. En effet, les enquêteurs auraient de forts soupçons sur l'équilibre mental de ce vingtenaire, originaire du Doubs. Il devrait pouvoir être interrogé dès ce vendredi matin. Le jeune homme n'est toutefois pas connu pour des faits de radicalisation et cet incident n'aurait rien à voir avec un acte de terrorisme.

Jamais d'incidents pendant ces soirées

Très vite arrivé sur place ce jeudi, le maire de la commune Jean-Michel Staiger a la mine des mauvais jours. "C'est dramatique", commente-t-il en fixant les tentes inspectées par les gendarmes de l'identification criminelle. "On ne peut pas tout interdire aux jeunes", poursuit-il. C'est pour cela que l'élu autorise régulièrement, pendant les vacances d'été, les jeunes à s'installer sur ce terrain communal. "C'est une parcelle qui est un peu aménagée, qui est utilisée par des familles, mais la plupart du temps par les jeunes pour faire des soirées. Ils m'avaient demandé la permission parce que je l'exige, ils le savent maintenant, que quand ils viennent, ils doivent prévenir."

Plusieurs dizaines de jeunes fêtaient un anniversaire ce mercredi soir - Radio France
Plusieurs dizaines de jeunes fêtaient un anniversaire ce mercredi soir © Radio France - Arnaud Racapé
Les jeunes gens dormaient en tente - Radio France
Les jeunes gens dormaient en tente © Radio France - Arnaud Racapé