Faits divers – Justice

Savoie : 43 plaintes pour viol déposées contre un instituteur, deux ans après son arrestation

Par Virginie Salanson, France Bleu La Rochelle et France Bleu Pays de Savoie jeudi 9 avril 2015 à 17:18

École de la Planaise, en Savoie.
École de la Planaise, en Savoie. © Maxppp

En avril 2013, cet instituteur de l'école de la Planaise, petite commune près de Montmélian, en Savoie, a été arrêté et mis en examen pour "viol sur mineur". Les parents d'une fillette agressée avaient porté plainte. Depuis, deux ans après, ce sont en tout 43 plaintes pour viols qui ont été déposées, en Savoie, mais pas seulement.

C'est une affaire vieille de deux ans et qui ressort aujourd'hui avec encore plus d'ampleur. En avril 2013, un instituteur savoyard a été arrêté , mis en examen et écroué pour "viol sur mineurs de moins de 15 ans par une personne ayant autorité" . Ce jeudi, on apprend qu'au total, 43 victimes se sont fait connaitre auprès de la justic e . Cette information, révélée par nos confrères du Dauphiné Libéré , fait l'effet d'une bombe car la Savoie n'est pas le seul département concerné.

L'enseignant, toujours incarcéré et dans l'attente de son procès devant les Assises, est soupçonné d'avoir violé certains de ses élèves de maternelle dans l'école de la Planaise, petite commune rurale située près de Montmélian, en Savoie. Mais il aurait également violé ou agressé sexuellement des enfants de Charente Maritime, dans un camp de vacances qu'il encadrait.

"On n'a rien vu, c'était un directeur normal"

La responsable du centre équestre "L'étang" à Mornac-sur-Seudre, où avaient lieu ces camps de vacances a accepté de témoigner, mais en conservant l'anonymat. "On n'a rien vu passer, il a dirigé les enfants normalement, comme les autres directeurs . En plus, c'est un père de deux enfants. On n'a rien vu d'anormal. Je comprends la colère des parents" a-t-elle confié.

Viols Mornac // Responsable centre équestre \"Létang\" ok

L'instituteur est venu pendant plus de deux ans chez eux, en tant que directeur de séjour, accompagné de deux ou trois animateurs pour encadrer une vingtaine d'enfants.

 

"Contrairement au cas de Villefontaine (Isère), les familles n'ont pas été accompagnées"

Aujourd'hui, les parents sont très en colère. Maître Benjamin Béroud, avocat d'une famille savoyarde, explique que cette colère est dirigée surtout contre l'Éducation nationale. Selon lui, elle n'a pas fait preuve à leur encontre de la même mansuétude qu'à l'encontre des récentes victimes de l'affaire de Villefontaine, près de Grenoble.

VIOLS - SON Me Beroud

Le directeur d'école de Villefontaine a lui été mis en examen pour des faits concernant onze élèves. Mais d'autres enfants doivent encore être auditionnés après de nouveaux signalements, selon le parquet de Grenoble, qui ne souhaite pas communiquer de chiffre définitif.

 

LIRE AUSSI  :

Suspicion de viols à l'école de Villefontaine : "tous les enfants savaient ce qu'il se passait" (parents)Villefontaine : le directeur soupçonné de viols sur ses élèves a avoué, neuf plaintes déposéesPédophilie : un député veut encadrer les professions liées aux mineurs Un directeur d'école en Isère soupçonné de viols sur des élèves