Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Savoie : des gendarmes mobiles en renfort pour surveiller la frontière franco-italienne

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Après l'attentat de Nice commis par un Tunisien de 21 ans entré illégalement en France, Emmanuel Macron a annoncé un renforcement des contrôles aux frontières et une hausse des effectifs chargés de la surveillance Chez nous, les gendarmes de la Savoie ont reçu l'appui d'un escadron venu d'Aurillac.

Les gendarmes lors d'une opération de contrôle au péage de Saint-Martin-d'Arc, en Maurienne.
Les gendarmes lors d'une opération de contrôle au péage de Saint-Martin-d'Arc, en Maurienne. © Radio France - Tommy Cattaneo.

C'est l'une des mesures annoncées par Emmanuel Macron pour lutter contre l'immigration illégale et le terrorisme. Depuis le 5 novembre dernier, la surveillance des frontières italiennes et espagnoles a été renforcée. Sur le terrain, cela se traduit par des contrôles plus fréquents mais aussi par l'arrivée de renforts. C'est le cas en Savoie, puisque le groupement de gendarmerie du département a reçu l'appui d'un escadron de gendarmes mobiles pour l'aider à surveiller la frontière franco-italienne.

Environ 300 gendarmes en renfort dans le département

"Cela représente une soixantaine d'hommes", explique le lieutenant-colonel Avy, commandant en second du groupement de gendarmerie de la Savoie, présent lors d'une opération de contrôle ce mercredi au péage de Saint-Martin-d'Arc, en Maurienne. "Cela s'ajoute aux 600 gendarmes du groupement, mais aussi à environ 250 réservistes de la gendarmerie, mobilisés actuellement."

Il faut dire que la surveillance des frontières est devenue une priorité depuis l'attentat de Nice le 29 octobre dernier. Le tunisien de 21 ans qui a poignardé trois personnes dans la basilique Notre-Dame était arrivé illégalement en France, après un passage par l'île de Lampedusa. "Le plan vigipirate a été relevé au niveau urgence attentat", rappelle Pascal Bolot, le préfet de la Savoie. "Chez nous, la priorité est donc mise sur cet axe entre l'Italie et Chambéry."

Ces opérations de contrôle vont se multiplier à la frontière franco-italienne.
Ces opérations de contrôle vont se multiplier à la frontière franco-italienne. © Radio France - Tommy Cattaneo.

Une présence "dissuasive" lors des contrôles routiers

Cette semaine, les gendarmes mobiles sont venus d'Aurillac, dans le Cantal, pour aider leurs collègues savoyards. Ils resteront une semaine, avant d'être relevés par un nouvel escadron. "C'est bien de les avoir avec nous sur les contrôles routiers", confie le lieutenant-colonel Avy. "Quand vous avez cinq ou six hommes avec des armes d'épaule sur un dispositif, généralement ça détend l'adversaire et ça le dissuade d'avoir de mauvaises intentions."

Et il n'y a pas que sur les grands axes que les contrôles sont renforcés, puisque les gendarmes du PGHM sont eux aussi mis à contribution pour surveiller la frontière franco-italienne en montagne. Depuis la semaine dernière, il y a déjà eu plusieurs interpellations de migrants, soit par les gendarmes, soit par la police aux frontières.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess