Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

Savoie : il téléphone 1856 fois aux services d'urgences pour combattre la solitude

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Pendant 14 mois, un homme d'une cinquantaine d'années a téléphoné à 1856 reprises aux services d'urgences de la Savoie. Des coups de téléphone "souvent sous l'emprise de l'alcool" précisent les gendarmes, "pour combattre sa solitude".

Les numéros d'appel d'urgence des secours. - Illustration.
Les numéros d'appel d'urgence des secours. - Illustration. © Maxppp - Alexandre MARCHI

La détresse au bout du fil. Pendant 14 mois, un homme âgé d'une cinquantaine d'années a téléphoné à 1856 reprises aux services d'urgences de la Savoie. Des appels "pour combattre la solitude" expliquent les gendarmes et "souvent sous l'emprise de l'alcool". 

Convoqué devant le tribunal de Chambéry

Forcément, ces nombreux appels ont poussé les pompiers, le Samu et la gendarmerie nationale à se déplacer à plusieurs reprises au domicile de cet homme. Des interventions rendant les services de secours "indisponibles pour d'autres événements potentiellement plus urgents" précisent les gendarmes dans un post Facebook.

Des appels abusifs aux services de secours constituent un délit puni par la loi. Le savoyard est convoqué le 26 avril devant le tribunal correctionnel de Chambéry. D'après les gendarmes, ces faits peuvent entrainer une peine d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess