Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Savoie : le propriétaire du chiot tué à la hache terrorisait sa famille

lundi 16 avril 2018 à 19:00 France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Le maître du chien tué à la hache à Grignon comparaissait ce lundi devant le tribunal d'Albertville où il était également jugé pour violences intrafamiliales. Depuis 10 ans, il violentait sa famille.

Le chien a reçu plusieurs coups de hache.
Le chien a reçu plusieurs coups de hache. © Radio France

Grignon, France

L'histoire de ce chiot de trois mois massacré à la hache par son propriétaire à Grignon, près d'Albertville, a suscité l'émotion dans la France entière. Cet homme de 37 ans comparaissait ce lundi au tribunal d'Albertville pour "sévices graves sur animal de compagnie" mais aussi pour "violences intrafamiliales" parce que derrière ce massacre, il y a une lourde histoire de violences dans la famille. 

_"_Il est capable de tous les tuer. Le chien ce sont les prémices de ce qui aurait pu leur arriver." - une proche du prévenu.

A la barre, le beau-père, épaules carrées, regard noir ne tient pas en place. "C'était juste des gifles éducatives !", explique-t-il pour justifier ses gestes violents envers les enfants et sa femme. 

Pour le chien, c'est pareil. Il avait décidé qu'il fallait l'euthanasier. Même s'il voulait le faire autrement, c'est plusieurs coups de hache qui sont partis ce jour-là. Alors est-ce que les coups auraient pu se retourner contre les enfants ? Pas de doute pour une des proches du prévenu : "il est capable de tous les tuer. Le chien ce sont les prémices de ce qui aurait pu leur arriver." 

Le père de famille n'a pas été jugé ce lundi. Le tribunal correctionnel demande qu'il soit soumis à une expertise psychiatrique. Il sera jugé le 24 mai prochain. 

Sept associations de défense du droit des animaux dont la SPA étaient présentes au procès et se sont portées partie civile. Une pétition avait été lancée la semaine du drame pour demander un "jugement exemplaire" pour le massacre du chien. En trois jours elle a réuni plus de 7.200 signatures.