Faits divers – Justice

Savoie : un chirurgien de l'hôpital de Chambéry condamné pour homicide involontaire

Par Christophe Tourné, France Bleu Pays de Savoie vendredi 18 juillet 2014 à 9:32

Hôpital - image d'illutstration
Hôpital - image d'illutstration © Olivier Tuffé - Fotolia.com

Un chirurgien de l'hôpital de Chambéry a été condamné jeudi pour homicide involontaire. Un enfant de quatre ans, hospitalisé dans son service, était décédé en 2008 d'une occlusion intestinale. Ses parents avaient porté plainte. La justice l'a condamné à quatre mois de prison avec sursis, estimant qu'il n'a pas fait les bons choix.

L'affaire remonte aux 4 et 5 mars 2008

Un enfant de quatre ans est à cette époque transféré à l'hopital de Chambéry. On lui diagnostique une occlusion intestinale et le chirurgien fait alors le choix de soigner le garçon par voie médicamenteuse et non chirurgicale, comme le souhaitait pourtant la famille. L'état de l'enfant se dégrade jusqu'à un choc septique qui provoque un arrêt cardiaque. La famille porte plainte et mène un combat depuis pour tenter de comprendre les causes de la mort de leur enfant. 

La Justice estime qu'il y a eu "négligence et imprudence"

Le tribunal correctionnel a infligé une peine de quatre mois de prison avec sursis au praticien ainsi qu'une amende de 60.000 euros de dommages et intérets mais impossible dans ce contexte de parler de soulagement pour l'avocat de la partie civile, Maitre Olivier Connille, d'autant plus que l'hopital de Chambéry qui était poursuivi en tant que personne morale a été relaxé. 

Maitre Olivier Connille, avocat de la famille de l'enfant décédé

L'avocat de la partie civile rappelle que dans le dossier d'instruction, trois experts à la Cour de cassation avait relevé l'absence de protocole entre service de chirurgie et service de pédiatrie à l'hôpital de Chambéry. Cette absence de protocole a été pointée du doigt par les experts comme étant une cause de dysfonctionnement majeur. Le directeur de l'hôpital chambérien se dit satisfait de la relaxe de l'établissement et prend acte de la condamnation du chirurgien, sans souhaiter commenter davantage cette décision de justice.