Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Scandale dans le monde après la mort de Cecil, un lion protégé, tué par un chasseur

-
Par France Bleu

Cecil, un lion à la crinière noire, a été tué au début du mois de juillet par un chasseur en safari, au Zimbabwe. La mort de ce lion, qui était une célébrité dans son pays, a suscité une vague d'émotion partout dans le monde. Le chasseur, un dentiste américain, est depuis le début de la semaine la cible de nombreuses attaques sur les réseaux sociaux. Retour sur cette polémique en quatre actes.

Cecil le lion a été tué par un dentiste américain
Cecil le lion a été tué par un dentiste américain © Maxppp

Acte I : Cecil le lion est tué

** Les faits remontent à début juillet. Un dentiste américain, Walter James Palmer, est en vacances au Zimbabwe. Egalement connu pour pratiquer la chasse à l'arc, il y participe à un safari mis en place par Théo Bronkhorst, un organisateur de chasses au léopard très réputé dans le milieu. Et au cours de ce safari, Palmer tue un lion. **

Or, ce lion n'est autre que Cecil, le lion vedette de la grande réserve naturelle de Hwange. Né il y a 13 ans dans ce parc, le lion est connu pour sa crinière noire, rare en Afrique australe, et il était le chouchou des amateurs de safari photo . Car dans ce parc protégé, pas question de chasser les animaux. Le cadavre de Cecil est retrouvé dans une ferme hors du parc, grâce à un collier traqueur dont il était doté.

Acte II : l'alerte est lancée

** Il faut attendre quelques jours après le départ de Walter Palmer – qui n'a passé qu'une semaine au Zimbabwe – pour que l'alerte soit lancée dans les médias par les autorités du parc et les défenseurs de la nature** . L'ONG Zimbabwe conservation task force (ZCTF) donne une version cruelle de l'histoire : selon ses informations, le lion aurait été attiré hors du parc grâce à une carcasse attachée à un véhicule. 

Touché par une flèche de l'arc de Palmer, il aurait été ensuite pisté pendant 40 heures avant d'agoniser, achevé d'un coup de fusil. Les chasseurs l'auraient ensuite transféré jusque dans la ferme où il a été retrouvé. Là, auraient d'abord tenté de lui retirer son collier, avant de le dépecer et de le décapiter pour en faire un trophée. L'ONG ajoute que l'expédition aurait côté 55.000 dollars à l'homme. 

Plusieurs autres associations de défense des animaux ont réagi à cette prise de position de ZCTF. L'ONG Peta, connue pour ses prises de parole virulentes, a demandé dans un communiqué que Walter Palmer, rentré aux Etats-Unis, soit "extradé, jugé et de préférence pendu" .

Acte III : Palmer s'excuse, la justice s'en mêle

** Face à la polémique, Walter James Palmer s'est exprimé dans un communiqué pour exprimer ses regrets. Il assure toutefois qu'il ne savait pas que la chasse de ce lion était interdite** . Il assure avoir fait "confiance à l'expertise des guides locaux professionnels afin de chasser dans un cadre légal". 

Au Zimbabwe, la justice a pris l'affaire en main : l'organisateur des chasses, Théo Bronkhorst, et le propriétaire de la ferme où la dépouille de l'animal a été trouvée, Tyrone Ndlovu, ont été convoqués au tribunal de Hwange. Selon un proche de Bronkhorst, il s'agit d'un accident. "Il ne savait même pas qu'il y avait des lions munis de colliers (...) Tout était parfaitement en règle. C'est juste un accident terrible et très, très malheureux. Il est allé immédiatement le signaler aux autorités du parc", assure ce proche.

Acte IV : Tollé sur le web

** Les excuses, sur Internet, ça ne suffit pas. Très rapidement, depuis le début de cette semaine, Walter J. Palmer est devenu l'homme le plus détesté des réseaux sociaux. De nombreux tweets sont postés pour dénoncer son acte, et des pétitions réclament une sanction pour ce chasseur** . 

Face à la déferlante de réactions, le dentiste a dû fermer ses comptes Facebook et Twitter . Mais des défenseurs de la nature ont fait irruption devant son cabinet pour déposer des peluches et des fleurs en hommage au lion mort.

Et mardi soir, dans son Late show à la télévision américaine, le présentateur vedette Jimmy Kimmel a lui aussi réagi à la polémique . "Est-ce si difficile pour toi d'avoir une érection pour que tu aies besoin d'aller tuer un lion ?", a-t-il lancé à Palmer, à travers l'écran de télé. Très ému, il a incité ses téléspectateurs à faire des dons à l'université d'Oxford, qui développent les balises GPS permettant de localiser et de protéger ces animaux. 

Mort du lion Cecil : ému, Jimmy Kimmel étrille...par LeHuffPost

Choix de la station

France Bleu