Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Scandale de la viande de cheval : un an ferme requis contre l'ex-directeur de l'entreprise Spanghero

mardi 12 février 2019 à 17:20 Par Viviane Le Guen, France Bleu et France Bleu Occitanie

Le parquet de Paris a requis mardi trois ans de prison, dont deux avec sursis, à l'encontre de l'ancien directeur de l'entreprise de fabrication de viandes Spanghero accusé d'avoir vendu, jusqu'en 2013, des plats présentés comme 100 % pur bœuf alors qu'ils contenaient de la viande de cheval.

Logo de l'entreprise Spanghero basée à Castelnaudary (Aude) en février 2013
Logo de l'entreprise Spanghero basée à Castelnaudary (Aude) en février 2013 © Maxppp - GUILLAUME HORCAJUELO

Après trois semaines de procès, le parquet de Paris a requis mardi trois ans de prison, dont deux avec sursis, à l'encontre de l'ancien directeur de l'entreprise de fabrication de viandes Spanghero basée à Castelnaudary (Aude) dans l'affaire des lasagnes à la viande de cheval. Un autre ex-responsable de Spanghero et deux négociants en bestiaux de nationalité néerlandaise sont également mis en cause. Quatre ans de prison ont été requis contre l'un d'eux, Johannes Fasen.

Le préjudice estimé à 40 millions d'euros par les victimes

Poursuivi pour escroquerie en bande organisée et tromperies, Jacques Poujol est notamment soupçonné d'avoir vendu plus de 500 tonnes de viande de cheval, présentée comme étant du bœuf, au fabricant de plats préparés Tavola, entre 2012 et 2013. 

D'autres fabricants ou distributeurs de plats cuisinés attendent réparation à l'image de Findus, Picard ou les supermarchés Carrefour. Des associations de consommateurs, des représentants de la filière viande et le liquidateur de Spanghero se sont aussi constitués parties civiles. Tous dénoncent l'existence d'une fraude en bande organisée et réclament aux prévenus un total de 40 millions d'euros.