Faits divers – Justice

Scandale du Mediator : le coup de colère d'une victime dans l'Yonne

Par Martin Cotta, France Bleu Auxerre jeudi 22 octobre 2015 à 20:24

Médiator
Médiator © Radio France

La responsabilité des laboratoire Servier est reconnue pour la 1ère fois par la justice. Ces derniers ne pouvaient pas ignorer les risques d'hypertension artérielle et de valvulopathies pour les patients prenant le Mediator régulièrement. Témoignage de Roland Lhomme un habitant de Paron.

Pendant sept ans et trois fois par jour, Roland Lhomme a traité son diabète avec le Médiator, qui au début des années 2000 était un médicament prescrit par bon nombre de médecins traitants aux patients. Cet homme de 73 ans n'est toujours pas considéré comme une "victime" du Mediator car il ne contracte pas d'hypertension artérielle ou de valvulopathies, les deux pathologies que la justice vient de reconnaître au nom de la responsabilité civile des laboratoires Servier. L'homme se confie à France Bleu Auxerre.

"Je me sens complètement ridiculisé et piétiné"

*La responsabilité civile des laboratoires Servier est donc reconnue par le tribunal de Nanterre. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

Et bien je vous réponds par le raisonnement suivant : lorsque je prends un médicament  et que je regarde ses effets secondaires au dos de la boîte, il n'y en a pas que 2 [Pour le Mediator il y a l'hypertension artérielle et les valvulopathies]. Donc il est aberrant que des gens aient pu penser que pour le Médiator ce serait le cas. Pour moi c'est une ruse des laboratoires Servier. Il y a eu tromperie dès le début !

*Donc vous n'êtes pas du tout satisfait ...

Je l'aurais été si monsieur Servier avait été condamné. Malheureusement, il nous a quitté. Paix à son âme et je ne dirais rien de plus sur lui car ce n'est pas mon habitude de critiquer les gens. Je rappellerai que les laboratoires Servier continue de vendre des médicaments en France, donc on peut se poser des questions. Je pense qu'ils ont bien magouillé en contactant les patients atteints des deux pathologies désormais reconnues pour négocier des indemnités minimes en réalité.

*Vous sous-entendez que des centaines de Français ayant pris ce Mediator, sont laissés sur le bord de la route. Alors qu'ils souffrent de maladie encore aujourd'hui ?

Tout à fait. Quand ce médicament a été retiré de la vente en 2009, quelques mois après j'ai souffert d'un épanchement pleural bilatéral. C'est à dire que la plèvre pleure dans les poumons. Je peux vous dire que ce n'est pas plaisant du tout ! Et ma pathologie n'a jamais été reconnue. Certains médecins estiment que 5 millions de Français ont déjà pris le Mediator ! [ Les deux plaintes de Roland Lhomme ont été refusé par la justice considérant que sa maladie ne relevait pas du scandale du Mediator. Plus de 700 dossiers avaient été déposés dès 2009].

Dans cette histoire je suis la petite fourmi sur le sol, écrasée par le pied de l'éléphant au-dessus de moi.

*On vous sent dégoûté...

La justice c'est une grosse rigolade. Je sais désormais que ma maladie ne sera jamais reconnue. J'aimerai au moins que les laboratoires Servier reconnaissent qu'ils ont trompé, dupé les patients par l'intermédiaire des médecins traitants. Aujourd'hui on me dit qu'il n'y a plus de médicaments pour me soigner comme de par hasard. Je me sens complètement ridiculisé. Dans cette histoire je suis la petite fourmi sur le sol, écrasée par le pied de l'éléphant au-dessus de moi.