Faits divers – Justice

Scandale du Médiator : le médecin bordelais Dominique-Michel Courtois attend l'ouverture d'un procès au pénal

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu jeudi 10 septembre 2015 à 16:01

Dominique-Michel Courtois
Dominique-Michel Courtois © Max PPP

Un procès au civil s'est ouvert à Nanterre ce jeudi. Deux victimes du médicament le Médiator, demandent à être indemnisés par les laboratoires Servier. L'association des victimes, présidée par le bordelais Dominique-Michel Courtois, préfère attendre un procès au pénal pour demander réparations.

France Bleu Gironde : Le tribunal de Nanterre examine depuis ce jeudi matin les plaintes de deux victimes du Médiator. Elles demandent respectivement 125.000 et 900.000 euros de dommages et intérêts. Avec votre association vous représentez environ 5.000 victimes du médicament. Pourquoi ne pas attaquer également les laboratoires Servier au civil ?

Dominique-Michel Courtois : Pour deux raisons. La première c'est qu'on a déjà vu par le passé de nombreuses procédures au civil contre une autre molécule des laboratoires Servier et on a vu l'attitude de leurs avocats qui font appel et partent en Cassation puis refont appel... Bref, c'est compliqué. D'autre part, la grande majorité de nos victimes, certes, veulent être indemnisée, mais surtout, elles veulent la condamnation pénale des laboratoires Servier. Donc, la grande majorité a déposé une plainte au pénal devant le Tribunal de Grande Instance de Paris.

Les victimes que vous représentez veulent donc obtenir réparation...

Bien entendu. Il y aura un procès pénal avec la sanction des laboratoires Servier, puis un volet civil, avec l'indemnisation. Pour la grande majorité de ces victimes, il y a eu des expertises médicales et judiciaires qui ont évalué les préjudices.

Que pensez-vous de la démarche des deux victimes qui ont lancé une procédure directement au civil ?

Toute démarche à l'encontre des laboratoire Servier, vu ce qu'ils ont fait, est louable. Par contre, il leur fallait des moyens financiers important, car au civil, c'est le plaignant qui paie les avocats et les experts. Nous, dans notre association, nous avons des victimes qui n'ont pas les moyens, donc on ne pouvait pas suivre cette procédure. Mais toute action contre les laboratoires Servier est importante, car il faut les mettre devant leurs responsabilités.