Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Sécheresse dans la Loire : les agriculteurs attendent la pluie avec impatience

Depuis 4 années consécutives, les agriculteurs de la Loire font face à de longues périodes de sécheresse. Et cette année pourrait être la pire : les niveaux de pluie sont trop bas depuis 11 mois. Conséquence : les récoltes risquent d'être mauvaises et les agriculteurs sont inquiets.

Nicolas Clair a commencé à irriguer ses champs en mars.
Nicolas Clair a commencé à irriguer ses champs en mars. © Radio France - OC

Sainte-Foy-Saint-Sulpice, France

"Tous les paysans regardent la météo tous les matins en se levant, c'est le rituel maintenant depuis quelques jours et ça va être l'inquiétude des jours qui viennent... Ils annoncent des orages pour la fin de la semaine, tous les paysans croisent les doigts". Même si Nicolas Clair avoue ce petit rituel matinal avec le sourire, il n'en est pas moins inquiet. Cela fait 11 mois qu'il ne pleut pas suffisamment, et conséquence : il manque plusieurs milliers de mètres cubes d'eau dans les terres.  

Et faute d'eau, les récoltes de du printemps et de l'été sont en péril : "Le foin se fait avec les pluies d'avril et de mai et s'il ne pleut pas dans les trois prochaines semaines, ce sera une catastrophe", continue l'agriculteur de Sainte-Foy-Saint-Sulpice. Aussi, le peu d'herbe dans les champs a déjà été mangé par les animaux et il va falloir assurer l'été à venir. 

Nicolas Clair peut irriguer ses champs avec des enrouleurs. Habituellement, il n'arrose ses terres qu'en été, mais cette année, il a commencé depuis mars : "Les enrouleurs tournent à plein... Mais les réserves hydrauliques pour irriguer sont toujours calibrées pour irriguer un dixième, un quart au maximum de la surface de la ferme, donc même cette solution d'irrigation, ce n'est pas ça qui rempli les granges de foin". 

Au moins 100 mm de pluie pour sauver les récoltes

Et s'il ne pleut pas l'impact économique pour les fermes pourrait être colossal : les agriculteurs comme Nicolas Clair vont devoir acheter des fourrages non seulement pour l'hiver prochain, mais aussi dès maintenant, pour nourrir les animaux au printemps et en été. "La question, c'est acheter où, comment ? Pour ceux qui ont la trésorerie, ils pourront acheter, dans le département ce sera difficile parce qu'il n'y aura pas grand chose s'il ne pleut pas. Ou bien dans d'autres départements mais on se demande lesquels, sachant que l'an dernier on a eu la problématique de la sécheresse des pays du nord de l'Europe, qui étaient venus acheter les fourrages du nord de la France, donc si cela se reproduit cette année, on se demande où on va pouvoir trouver nos fourrages", explique Nicolas Clair.

Pour assurer des récoltes cette année, Nicolas Clair espère 100 millimètres de pluie d'ici la fin de semaine. L'ensemble de la Loire est touché par ce manque de pluie. Pour l'instant, aucun arrêté n'a été pris pour limiter les usages de l'eau, comme cela est le cas pour les départements voisins du Rhône et du Puy-de-Dôme. La Région Auvergne-Rhône-Alpes élargi son enveloppe pour le Plan Sécheresse : prévue au départ avec 15 millions d'euros, ce n'est pas suffisant face au nombre de dossiers déposés. Il en reste encore 8 600 à traiter, dont 1 800 dans la Loire.