Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sécheresse : "Le maïs a trois semaines d'avance, c'est une première"

dimanche 30 septembre 2018 à 18:06 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

Avec la sécheresse, les agriculteurs manchois ont déjà bien entamé le fourrage pour l'hiver. Si certains pensaient se rattraper avec les récoltes de maïs, ce ne sera sans doute pas le cas : les températures ont avancé la récolte et les rendements pourraient en pâtir.

Mickaël Barbier dans un de ses champs de maïs, jeudi 27 septembre.
Mickaël Barbier dans un de ses champs de maïs, jeudi 27 septembre. © Radio France - Marc Bertrand

Gouvets, France

Le mois d'octobre marque habituellement dans la Manche la récolte du maïs, mais cette année... elle est souvent déjà terminée. Certains agriculteurs ont ensilé avec un mois d'avance ! La météo exceptionnelle de ce début d'automne y est encore une fois pour quelque chose : "On a souvent des redoux au mois de septembre, mais dans des températures aussi hautes, non", s'exclame Nathalie Dilly, conseillère cultures à la chambre d'agriculture de la Manche.

On a eu des cumuls de températures qui ont fait mûrir très vite les maïs, certains agriculteurs se sont fait surprendre" - Nathalie Dilly

Des rendements en baisse ?

Un maïs sec, c'est un maïs _"moins digeste pour les bêtes_, et qui se conserve moins bien", explique Mickaël Barbier, agriculteur près de Villedieu-les-Poêles. Il avoue qu'il a failli tomber dans le panneau : "en revenant de la foire de Lessay, je me suis rendu compte que certains maïs devenaient très secs".

Par rapport à une année normale, c'est 3 semaines d'avance. D'habitude on ensile vers le 10 octobre, là le 20 septembre c'était fait" - Mickaël Barbier

"C'est aussi exceptionnel d'avoir trois mois sans eau comme on a eu cet été". L'agriculteur s'inquiète pour le rendement de ses 40 hectares de maïs : "L'année dernière a été vraiment bonne en terme de rendement, je pense qu'on va déchanter cette année"

Avec la sécheresse, les agriculteurs ont déjà bien entamé leurs stocks de fourrage pour l'hiver. Si certains pensaient se rattraper avec les récoltes de maïs, ce ne sera sans doute pas le cas. "Et avec le manque d'eau couplé aux températures froides le matin ces derniers jours, pas sûr qu'on ait des repousses d'automne dans les prairies", fait remarquer Mickaël Barbier.