Faits divers – Justice

Sécurité : annulations en cascade de manifestations de rentrée en Île-de-France

Par Fanette Hourt, France Bleu Paris Région et France Bleu mercredi 17 août 2016 à 6:00

Les préfectures ont demandé aux communes de renforcer la sécurité à l'entrée de leurs événements.
Les préfectures ont demandé aux communes de renforcer la sécurité à l'entrée de leurs événements. © Maxppp - Maxppp

Plusieurs fêtes et événements de rentrée ont dû être annulés en Île-de-France, à cause des risques d'attentats.

Les préfectures des départements de l'Île-de-France ont demandé aux maires de renforcer la sécurité de leurs événements : des barrières de sécurité, des filtrages à l'entrée, des palpations, des contrôles des sacs... Un gros dispositif, qui nécessite de gros moyens logistiques et financiers. Mais plusieurs communes ne peuvent pas faire face, et préfèrent ne pas prendre de risques, même pour des événements qui semblent anodins.

Plusieurs communes franciliennes ont préféré renoncer à leurs manifestations.

On n'a pas le droit aujourd'hui, même sous prétexte de dire qu'on continue à vivre, de mettre la vie de tant de personnes en danger." Le maire de Montlhéry, Claude Pons

A Maisons-Laffitte, notamment, le député-maire Jacques Myard a dû annuler deux événements : un vide-grenier, qui devait avoir lieu début septembre, et une course à pied qui était prévue fin novembre. "Il est impossible de fouiller tous les participants. Il y a tellement de monde, qu'on n'est jamais l'abri d'un fou qui viendrait perpétrer un acte barbare", explique-t-il. Car ces événements qui ont lieu en extérieur, occupent généralement plusieurs rues du centre-ville, et sont donc par définition difficilement sécurisable.

"Le gros soucis, c'est de contrôler tous les accès, toutes les entrées de la ville", ajoute Claude Pons, le maire de Montlhéry, en Essonne. "Je ne vois pas comment demain je peux contrôler facilement tous ces gens". Il a décidé d'annuler la foire à la tomate, qui devait avoir lieu le deuxième week-end de septembre. Un événement qui attire généralement 30 à 50 000 personnes

Le maire de Montlhéry, Claude Pons, a décidé d'annuler la foire à la tomate.

Le vide-grenier de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, a lui aussi été annulé. Il n'y aura pas non plus de braderie à Houilles et de brocantes à Sartrouville.

En revanche, certaines communes pensent déjà à l'année prochaine, pour essayer de parer à ces difficultés. C'est le cas de Triel-sur-Seine, dans les Yvelines. Le maire, Joël Mancel, a dû annuler la fête du flan de cette année. Mais il espère bien qu'elle aura lieu dans un an : "Là, les délais étaient très courts. Mais un an de préparation, cela nous permet de trouver des moyens matériels et financiers, que nous n'avons pas prévus cette année."

D'autant que ces événements, aussi banales qu'ils puissent sembler, sont en réalité très importants pour la vie sociale et économique d'une commune.

Les forums des associations sont en revanche quasiment tous maintenus en Ile-de-France. Ils sont généralement dans des endroits clos, donc beaucoup plus simple à sécuriser.

Partager sur :