Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Sécurité dans les gares : les Bordelais n'y croient pas

-
Par , France Bleu Gironde

Après les attentats de Bruxelles, de nouvelles mesures de sécurité ont été annoncées en France par le ministre de l'Intérieur. Par exemple, le renforcement des contrôles à l'entrée des gares et aéroports. Les Bordelais sont sceptiques.

Le message affiché dans les halls de la gare Saint-Jean de Bordeaux
Le message affiché dans les halls de la gare Saint-Jean de Bordeaux - Clément Carpentier

Va-t-il falloir montrer son titre de transport ou sa pièce d'identité pour rentrer dans une gare ou un aéroport ? C'est en tout cas la volonté de Bernard Cazeneuve. Mais la mesure est-elle applicable ?

Des voyageurs très dubitatifs 

Le reportage France Bleu Gironde de Clément Carpentier

A la gare Saint-Jean de Bordeaux, on n'y croit pas beaucoup voire pas du tout. Pour la plupart des voyageurs, ce n'est pas ça qui va faire peur aux terroristes et surtout les arrêter. Certains avancent aussi l'argument du personnel pour appliquer cette mesure. Les 1 600 gendarmes et policiers supplémentaires qui vont être déployés ne suffiront sûrement pas.

Pour d'autres, cela se résume juste à repousser le problème en dehors des halls de gare et des aéroports. Des files d'attente pourraient se former sur la voie publique et donc en cas d'attentat les conséquences seraient les mêmes.

Les portiques, la solution ?

Brigitte Julien, la directrice départementale de la sécurité publique en Gironde

Alors quelles peuvent être les solutions ? Dans la gare, on évoque les portiques de sécurité à l'entrée des halls. Mais cela coûte cher et surtout ça risque aussi de créer des embouteillages. Des voyageurs passent qu'il faut avant tout veiller les uns sur les autres et signaler le moindre comportement ou colis suspect.

En tout cas, selon la directrice départementale de la sécurité publique en Gironde, ce dispositif n'est pas près d'être mis en place. Il va falloir faire une étude et surtout se poser la question des effectifs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu