Faits divers – Justice

Sécurité renforcée à l'hôpital Belfort-Montbéliard

Par Lorrain Sénéchal, France Bleu Belfort-Montbéliard lundi 6 avril 2015 à 18:27

Hôpital Belfort Montbéliard CHBM

Un homme a frappé des patients et une partie du personnel des urgences fin mars avec une chaise de l'hôpital. Ce fait divers a poussé la direction a prendre des mesures pour renforcer la sécurité. L'affaire sera jugée le 23 avril, si l'auteur est reconnu responsable de ses actes par les experts.

Des nouvelles mesures de sécurités seront appliquées ces prochains jous à l'hôpital Belfort-Montbéliard. Le CHBM a été victime d'une agression fin mars. Un homme a frappé d'autres patients, ainsi qu'une partie du personnel, avec une chaise. Il doit être jugé le 23 avril, si les experts estiment qu'il est reponsable de ses actes.

Sécurité hôpital SON

Même si c'est un cas isolé, la direction de l'hôpital a décidé de prendre des mesures pour renforcer la sécurité. Cela a été décidé lors d'un comité d'entreprise extraordinaire ce vendredi 3 avril. Damien Oudot, le directeur des affaires juridiques à l'hôpital, explique le dispositif : "Il y a d'abord des mesures de prévention. Le mobilier sera scellé au sol pour éviter de servir de projectile ; les rondes du personnel de la sécurité seront renforcées dans les urgences ; et un bouton d'alerte reliera directement le service au PC sécurité."

"Pas de risque zéro"

L'hôpital a également prévu de "former le personnel à bien réagir dans ce type de situation" , et puis l'hôpital mettra "des avocats à disposition des équipes, au cas où une agression se produirait, parce qu'il n'y a pas de risque zéro" , rappelle Damien Oudot. Tout cela entre en vigueur dans les jours à venir.

Ces mesures de sécurité interviennent alors que l'hôpital va devoir gérer, ces prochains mois, un afflux d'accouchement. L'[autorisation d'accoucher a en effet été suspendue à la clinique de Montbéliard](La maternité de la clinique de Montbéliard de nouveau fermée à partir du 7 avril) par l'Agence régionale de santé, quelques jours après la mort d'une parturiente, une femme de 42 ans dont la césarienne s'est infectée.