Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-et-Marne : ils reconnaissent avoir volé et brûlé une banderole en soutien aux policiers

-
Par , France Bleu Paris

Trois hommes ont reconnu avoir volé et brûlé une banderole en soutien aux policiers de Montereau-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne. Ils risquent jusqu'à cinq ans de prison.

Les trois suspects ont reconnu les faits et risque jusqu'à cinq ans de prison
Les trois suspects ont reconnu les faits et risque jusqu'à cinq ans de prison © Maxppp - Rémy PERRIN

Trois hommes, âgés de 33, 44 et 45 ans, ont été interpellés, ce mercredi, au terme d’une enquête éclair, a appris franceinfo auprès du procureur de la République de Fontainebleau. Ils ont reconnu avoir volé et brûlé la banderole accrochée, vendredi, devant le commissariat de police de Montereau-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne, en soutien aux policiers. 

Les faits filmés et diffusés sur les réseaux sociaux

Le vol de cette banderole, qui remerciait les forces de l’ordre "pour leur combat et leur courage" en cette période de lutte contre l’épidémie de coronavirus, avait suscité un fort émoi chez les policiers. Les voleurs s’étaient filmé en train de la brûler, et avaient diffusé les images sur les réseaux sociaux. On les entendait insulter les policiers, qualifiés notamment de "bande de traîtres" et de "sales porcs."

Les deux responsables du vols sont poursuivis pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique, menaces de morts contre les forces de l’ordre et diffusion de message violent. Le troisième homme, qui a mis en ligne la vidéo, est poursuivi pour diffusion de message violent. Les trois suspects ont reconnu les faits et encourent jusqu’à cinq ans de prison. Ils seront fixés le 2 juillet prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess