Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Seine-Saint-Denis : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré vandalisée

-
Par , France Bleu, France Bleu Paris

A Stains en Seine-Saint-Denis, la fresque en hommage à Adama Traoré et George Floyd a été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi. Les mots "extorsion" ou encore "vol" ont été inscrits à la peinture blanche. Le maire de la ville annonce qu'il va déposer plainte.

A Stains, la fresque en hommage à Adama Traoré et George Floyd a été vandalisée.
A Stains, la fresque en hommage à Adama Traoré et George Floyd a été vandalisée. © AFP - SAMUEL BOIVIN / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP

La fresque de Stains en hommage à George Floyd, Américain mort asphyxié lors de son interpellation à Minneapolis, et Adama Traoré, décédé en 2016 après son arrestation dans le Val-d'Oise, a été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi. Les mots "extorsion", "vol" ou encore "stop aux Traoré" ont été inscrits sur les visages des deux hommes, avec de la peinture blanche et rouge. Une enquête est en cours.

Une fresque qui a fait polémique

L'apparition de cette fresque, réalisée par un collectif d'artistes, avait fait polémique mi-juin. Le 22 juin dernier, environ 200 policiers avaient manifesté devant la préfecture de Bobigny pour dénoncer le message inscrit au-dessus des visages des deux hommes : "contre le racisme et les violences policières". Au même moment, 150 personnes s'étaient rassemblées devant la fresque à l'appel du comité Adama Traoré.

Le préfet de la Seine-Saint-Denis avait mis en demeure le maire communiste de la ville de modifier le texte et de supprimer le mot "policières". Christophe Castaner s'était lui dit "choqué" par la fresque, en raison des "amalgames" faits selon lui. Le ministre de l'Intérieur avait estimé que les "élus de la République (devaient) se montrer à la hauteur de ce que font les forces de l'ordre" et avait critiqué le fait que le maire de Stains ait participé à l'inauguration de cette fresque avec son écharpe tricolore.

Le maire de Stains a alors déclaré ne pas saisir "le sens de cette mise en demeure infondée". Azzédine Taïbi a mandaté son avocat "afin d'étudier les suites à donner au préfet".

Le maire de Stains va "déposer une plainte"

Interrogé par franceinfo, le maire de la ville de Seine-Saint-Denis va "déposer une plainte pour dégradation sur un bien public". Il se dit "très consterné et attristé de voir que cette fresque a fait l'objet d'un vandalisme".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess