Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT VIDÉO - Suivez le décollage de Thomas Pesquet pour la Station spatiale internationale

Seine-Saint-Denis : la garde à vue des huit policiers de Pantin levée

-
Par , France Bleu

Huit policiers de Pantin étaient en garde à vue pour "violences volontaires", "faux en écriture publique" ,"arrestation arbitraitre" et "détention de stupéfiants" depuis ce mercredi matin. Elles sont été levées ce jeudi soir, annonce le parquet de Bobigny.

Tribunal judiciaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis
Tribunal judiciaire de Bobigny en Seine-Saint-Denis © Radio France - Hajera Mohammad

Le garde à vue des huit policiers de Pantin a été levée ce jeudi soir, a annoncé le parquet de Bobigny ce vendredi matin. Ils sont soupçonnés de "violences volontaires" par personne dépositaire de l'autorité publique, "faux en écriture publique", "arrestation arbitraire" et "détention de stupéfiants".

Ces huit fonctionnaires, membres de la brigade territoriale de contact de Pantin, avaient été placés en garde à vue mercredi matin dans les locaux de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).  L'enquête, qui "se poursuit en préliminaire", a été ouverte par le parquet de Bobigny en avril 2020 et confiée à l'IGPN. Jeudi, leurs gardes à vue avaient été prolongées de 24 heures supplémentaires.  

Selon une source proche de l'enquête, ces policiers doivent répondre de "faits survenus tout au long de 2020". Les faits ont été "portés à la connaissance de l'autorité judiciaire" par la Préfecture de police de Paris, a indiqué cette institution. 

Cette nouvelle affaire intervient alors que le département de Seine-Saint-Denis a été frappé par le scandale de la compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI). Cette unité controversée est visée par une quinzaine d'enquêtes pour des faits de vol, de violences, de détention de drogue et de faux en écriture publique. Quatre policiers ont été mis en examen en juillet 2020, mais une vingtaine de fonctionnaires au total sont mis en cause.  Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, avait annoncé la dissolution de la CSI 93, finalement réorganisée et replacée sous l'autorité de la CSI de Paris.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess