Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-Saint-Denis : quatre policiers en garde à vue notamment pour des faits de violences

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'enquête sur les soupçons de dérive policière au sein de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis se poursuit. Après la mise en examen de quatre policiers en juillet, quatre autres fonctionnaires ont été placés en garde à vue, soupçonnés d'avoir racketté des délinquants.

Quatre policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis vont être entendus par l'IGPN.
Quatre policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis vont être entendus par l'IGPN. © Maxppp - Vincent Michel

Quatre policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis (CSI 93), ont été placés en garde à vue, ce mardi 22 septembre, a confirmé le parquet de Seine-Saint-Denis à France Bleu Paris, pour "violences par personne dépositaire de l'autorité publique" et "faux en écriture publique". Ces quatre fonctionnaires doivent être entendus par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour des faits de violences et de falsifications de procès verbaux.

Après la mise en examen de quatre autres policiers de cette compagnie début juillet, visée par une quinzaine d'enquêtes, la préfecture de police de Paris avait ordonné sa dissolution. Les fonctionnaires mis en cause sont soupçonnés d'avoir racketté des délinquants et notamment des trafiquants de drogue. Durant des mois, ils auraient monté de fausses procédures contre ces délinquants. Ils leur auraient extorqué d'importantes sommes d'argent. 

Ce sont des soupçons au sein de leur hiérarchie qui avaient déclenché les investigations. Les policiers avaient été placés sur écoute pendant de longs mois, sur leur lieu de travail, dans leur véhicule et même dans leurs vestiaires. Leurs comptes bancaires épluchés avaient fait apparaître des rentrées d'argent suspectes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess