Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-Saint-Denis : trois blessés dans une rixe à Saint-Ouen

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris
Saint-Ouen

Une rixe a fait trois blessés, dont deux par arme blanche, ce dimanche 28 février à la cité Charles Schmidt, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Le lieu est connu pour être un point de vente de drogues.

Un véhicule de police (photo d'illustration).
Un véhicule de police (photo d'illustration). © Maxppp - Lionel Vadam

Un affrontement entre deux bandes rivales a fait trois blessés ce dimanche 28 février à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Deux individus ont été blessés par arme blanche à la cuisse, selon les informations recueillies par France Bleu Paris. Leur pronostic vital n'est pas engagé. La rixe a eu lieu au niveau de la cité Charles Schmidt, connue pour être un point de vente de drogues.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Sur Facebook, l'amicale des "malheureux locataires du 26 rue Charles Schmidt" décrit une rixe "entre les deux bandes rivales qui se discutent (sic) le territoire". "Il était environ 14h lorsque nous voyons une cinquantaine d'individus, la plus part cagoulés commencés (sic) à se battre." Selon l'amicale, "les jeunes se sont dispersés" à l'arrivée de la police mais "le trafic a repris" dès que les forces de l'ordre sont parties. "Visiblement, il faut un mort pour que l'autorité préfectorale se décide à rétablir l'ordre"

Alors que le commissariat est situé à 700 mètres de la cité, l'amicale Charles Schmidt réclame "une permanence policière sur ce site" qui "permettrait d'endiguer ce trafic". En octobre dernier, les habitants avaient écrit une lettre ouverte aux clients des dealers, leur expliquant qu'ils n'étaient "pas les bienvenus".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess