Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-Saint-Denis : un policier renvoyé devant la justice pour injures racistes lors d'une interpellation

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Un policier mis en cause lors de l'interpellation d'un homme à l’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), en avril dernier, sera jugé en mars prochain pour "injures à caractère raciste".

Photo d'illustration police.
Photo d'illustration police. © Maxppp - Maxppp

Un policier mis en cause lors d'une interpellation d'un homme à l’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), en avril dernier, est renvoyé en justice pour "injures à caractère raciste". Il sera jugé devant le tribunal correctionnel de Bobigny, le 4 mars 2021.

"Un bicot ça nage pas"

Le 26 avril, vers 1h30 du matin, des policiers avaient interpellé un homme soupçonné de vol de matériel sur un chantier qui avait tenté de prendre la fuite en se jetant dans la Seine. Les fonctionnaires avaient réussi à le sortir de l'eau. Les instants qui on suivi ont été filmés et mis en ligne par un journaliste du site Là-bas si j'y suis.  Dans l'extrait on entend plusieurs phrases : "Un bicot ça ne nage pas", "Ha ! ha! ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied". Dans d'autres d'images, on entend les policiers rire et des bruits sourds venant du fourgon dans lequel l'interpellé, un Égyptien de 27 ans, semble pousser des cris.

Enquête de l'IGPN

Une enquête pour "injures à caractère raciste et violences par personne dépositaire de l'autorité publique" avait été ouverte et confiée à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN). Le préfet de police de Paris avait demandé la suspension de deux policiers mis en cause, qui avaient reconnu être les auteurs des propos.

"Nous sommes satisfaits des poursuites pour insultes à caractère raciste", a réagi auprès de l'AFP, Me Arié Alimi, l'avocat de l'homme interpellé, assurant néanmoins vouloir "faire citer les autres policiers pour violences en réunion par personne dépositaire de l'autorité publique". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess