Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-Saint-Denis : un protocole pour accompagner les mineurs victimes de prostitution

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Le Département de la Seine-Saint-Denis, le tribunal judiciaire de Bobigny et plusieurs associations ont signé, ce vendredi 10 juillet, un protocole expérimental pour renforcer leur coordination dans la prise en charge des mineurs victimes de prostitution.

Signature du protocole expérimental pour accompagner les victimes mineures de prostitution au tribunal de Bobigny, le 10 juillet 2020
Signature du protocole expérimental pour accompagner les victimes mineures de prostitution au tribunal de Bobigny, le 10 juillet 2020 © Radio France - Hajera Mohammad

Ce protocole est le de résultat de plusieurs mois de réflexion et de travail entre les différents acteurs engagés dans la lutte contre la prostitution des mineurs en Seine-Saint-Denis, un véritable fléau qui touche des jeunes filles, mais aussi de jeunes garçons, de plus en plus jeunes.

Un travail de groupe

En 2019, la procureure de la République de Bobigny a été saisie de "faits prostitutionnels" pour 95 mineur(e)s. Ce protocole doit permettre une meilleure évaluation et une meilleure prise en charge de ces victimes grâce à une meilleure coordination entre justice, police et associations. Pour y parvenir, le département s'engage à financer la création d'un poste de travailleur social dont le rôle sera de suivre l'ensemble de la prise en charge des jeunes, "du signalement aux mesures d'assistance en passant par l'évaluation"

Une meilleure évaluation 

Ce travailleur social dépendra de l'association l'Amicale du Nid, qui aide déjà des victimes de prostitution mais majeures. "C'était le chaînon manquant, c'est important d'avoir ce lien avec la justice", assure Marie Pellieux, cheffe du pôle d'accueil d'urgence de l'Amicale dans le 93.

"Travailler ensemble et mieux répondre aux problématiques" - Marie Pellieux, cheffe de pôle à l'Amicale du Nid 93

L'idée est aussi d'éviter, quand c'est possible et après évaluation, le placement en foyer de la victime, parfois contre-productif, selon Lucas Pairaud, directeur général de l'association Jean Cotxet. Elle s'occupe de 4 000 jeunes, dont plusieurs sont placés en foyers sur décision de justice. "Le risque c'est que le jeune qui arrive entraîne d'autres jeunes" dans un réseau de prostitution. 

"On ne peut pas œuvrer seul face à ces situations" - Lucas Pairaud, directeur général de l'association Jean Cotxet

Des victimes de plus en plus jeunes

Si la prostitution des mineurs n'est pas une nouveauté, le profil des victimes inquiète :  "Elles sont de plus en plus jeunes", confirme Lucas Pairaud. 

Même constat pour Simon Benard-Courbon, le référent proxénétisme au parquet des mineurs de Bobigny. Pour lui, la "bascule" s'est faite à partir des années 2010 avec l'influence de la télé-réalité qui véhicule une image de la femme "sexualisée" et d'une "femme objet" avec des programmes diffusés à l'heures de sortie des cours pour les collégiens. Sans compter les smartphones et réseaux comme Snapchat ou Instagram. _"_Vous avez aussi des recrutements qui se font sur ces réseaux sociaux", ajoute le substitut de la procureure. 

"L'an dernier, la mineure la plus jeune signalée avait 12 ans" - Simon Benard-Courbon, substitut de la procureure

Choix de la station

À venir dansDanssecondess