Faits divers – Justice

Séisme au Népal : plus de 5.000 morts, 560 Français toujours portés disparus

France Bleu mardi 28 avril 2015 à 12:16 Mis à jour le mardi 28 avril 2015 à 14:30

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères © Maxppp

Le bilan du séisme survenu samedi au Népal continue de s'alourdir, ce mardi. Alors que le Premier ministre népalais dit craindre que le bilan dépasse 10.000 morts, le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, a annoncé mardi matin que 560 Français n'avaient toujours pas donné de nouvelles, et qu'il y avait une "forte présomption" d'un troisième mort français.

"Il y a de fortes présomptions qu'un autre Français ait été emporté par une avalanche", a annoncé ce mardi matin Laurent Fabius. Après avoir annoncé lundi la mort d'un couple de voyageurs, le ministre des Affaires Etrangères a fait un nouveau point sur ce que l'on sait des ressortissants français présents au Népal au moment du séisme, dont le bilan, toujours provisoire, s'est encore alourdi.

"Nous avons localisé 2.050 Français qui sont sains et saufs", a-t-il déclaré. En revanche, le Quai d'Orsay est toujours sans nouvelles de 560 autres Français sur place. "Une vingtaine de nos compatriotes ont été blessés", ajoute Laurent Fabius, précisant qu'il y a "des blessés sérieux". 

Jusqu'à 10.000 morts ? 

Au total, le bilan provisoire du séisme s'élève à plus de 5.000 morts, et près de 8.000 blessés. Mardi matin, le Premier ministre népalais Sushil Koirala a affirmé que le bilan final pourrait atteindre 10.000 morts. "C'est un défi et un moment très difficile pour le Népal", a-t-il déclaré, appelant à l'aide internationale.

> A LIRE AUSSI : L'aide humanitaire se met en place

Les Nations unies, pour leur part, estiment que sur les 28 millions d'habitants du Népal, la vie de 8 millions d'entre eux a été affectée par cette catastrophe naturelle. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri, et des centaines d'entre elles tentent désormais de fuir Katmandou.