Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Robert Ménard visé par une enquête pour soupçons de corruption, selon Le Canard Enchaîné

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Le Canard Enchaîné révèle ce mercredi qu'une enquête a été ouverte pour soupçons de corruption et abus de biens sociaux autour du maire de Béziers Robert Ménard et du promoteur immobilier Socri-Reim concernant le financement d'opérations de communication de Robert Ménard.

Robert Ménard au conseil municipal de Béziers
Robert Ménard au conseil municipal de Béziers © Maxppp - SYLVIE CAMBON

La procureure de Marseille Dominique Laurens a confirmé, selon Le Canard Enchaîné et l'AFP, qu'une enquête préliminaire a été ouverte en mai 2019 pour corruption et abus de biens sociaux autour du maire d'extrême droite de Béziers Robert Ménard et du promoteur immobilier Socri, propriétaire des Polygone de  Montpellier et de Béziers.

L'enquête fait suite à un article du Canard Enchaîné de mars 2019 qui dénonçait les "étroites relations entre Robert Ménard et la Socri-Reim dirigé par Nicolas Chambon". Selon l'hebdomadaire, en 2017, la Socri-Reim aurait financé certaines prestations au cours de la soirée du 9 mars 2017 qui a réuni 700 personnes au palais des congrès de Béziers. Soirée au cours de laquelle Robert Ménard avait annoncé sa candidature aux municipales de 2020. 

Le Canard accuse

Toujours selon Le Canard Enchaîné, la Socri-Reim aurait versé 25.656 euros pour un meeting de l'élu et notamment financé un clip et une plaquette favorable à la mairie, avec comme slogan "Béziers 2030, on vous annonce le futur", le clip ayant été projeté pendant cette soirée. Le promoteur aurait également investi 23.500 euros en 2018 dans un projet de site internet municipal qui n'a pas vu le jour, toujours selon le Canard.

Alors, donnant-donnant ? "La Socri-Reim n'est pas vraiment maltraitée à Béziers", écrit dans son édition de ce mercredi Le Canard Enchaîné qui rappelle que le promoteur immobilier a décroché en 2016 l’appel d’offres lancé par la ville pour les Galeries Lafayette, et qu'en 2017, il a obtenu un terrain pour construire un complexe hôtelier dans le quartier de l'Hours à Béziers. "Personne ne voulait des Galeries LaFayette, quant au terrain du carrefour de l'Hours, cela faisait 12 ans qu'on ne trouvait personne pour y faire cet hôtel et je suis content parce qu'elle va y construire deux beaux hôtels", tempête Robert Ménard qui ajoute que la Socri a été candidate à d'autres marchés comme l'aménagement de la place jean Jaurès et qu'elle n'a pas été retenue.

"Je suis scandalisé ! Où y a-t-il corruption ? c'est diffamatoire à mon égard" clame Robert Ménard

Robert Menard affirme ne jamais avoir favorisé la Socri

Dans un courrier de réponse au Canard Enchaîné, Robert Ménard dénonce des allégations et accusations mensongères. "Nous avons donc une plaquette pour attirer de potentiels investisseurs payée (et donc utilisée) par la Ville, un clip commercial sur Béziers et ses alentours réalisé par une entreprise qui veut promouvoir le territoire sur lequel elle intervient et, finalement, un projet avorté de site Internet. On le répète : aucun "cadeau" à l’horizon. Dans ces conditions, où est la "corruption" ?" écrit le maire de Béziers.

" Où est la corruption ? "Robert Ménard s'explique sur le clip et la plaquette réalisées par la Socri

De son côté, la Socri-Reim elle aussi "conteste l'intégralité des accusations" :Béziers comme ailleurs, toutes les opérations du groupe ont été, sont et seront menées de manière transparente, avec les plus hauts standards d'intégrité et d'éthique", a indiqué à l'AFP l'entreprise dirigée par Nicolas Chambon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess