Faits divers – Justice

Sept ans de prison requis dans l'affaire du bébé secoué de Siros

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu jeudi 24 septembre 2015 à 16:06

Les jurés ont quitté le boxe pour délibérer
Les jurés ont quitté le boxe pour délibérer © Radio France - Daniel Corsand

Le procureur de la République Jean-Christophe Muller a demandé sept ans de prison à l'encontre de Christophe Lescarret. La cour d'assises de Pau délibère ce jeudi après-midi. Verdict dans la soirée.

La cour d'assises de Pau est en train de délibérer dans l'affaire du bébé secoué.

Le procureur, lui, a demandé à ce que Christophe Lescarret soit condamné à sept ans de prison.

Ce père de famille a secoué son fils Paul alors qu'il avait deux mois et demi. Il dit qu'il ne pouvait plus supporter ses pleurs, et qu'il était à bout.  A  l'époque, il s'occupait de 3 nouveaux-nés. Paul, mais aussi son frère jumeau, et un frère à peine plus âgé. 

Des réquisitions très attendues

Cette affaire ne ressemble à aucune autre. Ces sept ans de prison, c'est ce que propose le procureur à la cour. C'est une base de réflexion pour les jurés.

Il y a une voie entre la compassion et le scepticisme

— Le procureur de la République

On sait ce que trois nouveaux nés peuvent engendrer comme stress. Et on ne comprend pas cette violence sur un nourrisson de deux mois et demi à peine. Le procureur dit qu'il faut accorder à Christophe Lescarret d'avoir reconnu les faits au premier jour du procès.

Pas de burn out pour expliquer son geste

Le procureur n'adhère pas à la théorie d'un "burn out" incontrôlable. Christophe Lescarret était entouré de ses beaux parents. Le couple avait une aide à domicile quotidienne pour aider à gérer les jumeaux. Cela ne s'est pas passé au milieu de la nuit.  Il ne travaillait pas ce jour-là. Et puis il y a la terrible infirmité définitive de Paul.

Pas vu pas pris, c'est aussi tristement simple que ça

— Le procureur de la République

Le procureur pour terminer, a cité Saint Saint-Exupéry : "Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants, mais peu d'entre elles s'en souviennent". En tous cas, pas Paul Lescarret, a ajouté le procureur.