Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sept personnes mises en examen après les violences lors de la manifestation du 1er mai à Paris

samedi 5 mai 2018 à 12:47 Par Géraldine Marcon, France Bleu Paris et France Bleu

Sept personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire après les violences en marge de la manifestation du 1er mai. Le parquet, qui avait requis des mandats de dépôt, va faire appel.

Des individus masques lancent des projectiles sur les forces de l'ordre le 1er mai 2018.
Des individus masques lancent des projectiles sur les forces de l'ordre le 1er mai 2018. © Maxppp - Christophe Morin

Paris, France

Après les affrontements entre plusieurs centaines de "black blocs" et les forces de l'ordre à Paris en marge de la manifestation du 1er mai, sept suspects ont été présentés à un juge d’instruction ce vendredi soir. Ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire pour "dégradations en réunion" et "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences aux personnes ou des atteintes aux biens" a précisé le parquet de Paris. 

Le parquet devrait faire appel 

Quatre autres personnes ont été mises en examen pour "refus de se soumettre a prise d'empreinte ou prélèvement ADN". Le parquet a annoncé son intention de faire appel des placements sous contrôle judiciaire car il avait requis des mandats de dépôt contre tous les suspects.

La traditionnelle manifestation du 1er mai a été le théâtre de nombreuses violences et dégradations à Paris avec près de 1.200 personnes cagoulées qui se sont opposés aux forces de l'ordre. Il y a eu 283 interpellations à la suite de ces événements et 109 personnes ont été placées en garde à vue.