Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Séquestration d’une femme à Plonéour-Lanvern : trois hommes condamnés

mardi 6 mars 2018 à 20:28 Par Simon Cardona, France Bleu Breizh Izel

Trois hommes de 21, 23 et 31 ans ont comparu ce mardi devant le tribunal de Quimper. Ils étaient poursuivis pour la séquestration d’une femme qui a duré une heure. Les prévenus ont été condamnés.

La salle Mathurin Méheut du tribunal de grande instance de Quimper, dédiée aux comparutions immédiates
La salle Mathurin Méheut du tribunal de grande instance de Quimper, dédiée aux comparutions immédiates © Radio France - Simon Cardona

Plonéour-Lanvern, France

Le 26 février, vers 10 h 30, trois hommes débarquent au domicile d’une femme d’une cinquantaine d’années à Plonéour-Lanvern, dans le pays bigouden. Munis d’un ou deux fusils, ils voulaient récupérer une télé, des enceintes hi-fi et un téléphone, volés selon eux par le compagnon et le beau-fils de la victime. Deux prévenus ont affirmé à l’audience avoir été agressés par ces hommes tôt dans la matinée, et sont ensuite aller chercher le troisième pour récupérer leurs effets personnels.

"On n'a rien volé ! " - Un des prévenus

La victime assure que les trois hommes l’ont contrainte à rester chez elle en attendant le retour de leurs agresseurs. « C’est faux, elle aurait pu partir de chez elle ! », rétorque l’un des prévenus, très bavard lors de l’audience.

La femme les accuse aussi d’avoir dérobé un couteau de cuisine ainsi qu’un trousseau de clés. « On n’a rien volé ! Quand son mari est arrivé, il a dit qu’il était au téléphone avec la gendarmerie donc on a couru vers la voiture et on est partis », explique le plus jeune des trois hommes inculpés.

« On a affaire à un trio impitoyable » - Thierry Lescouarc’h, procureur du tribunal de Quimper

« On a affaire à un trio impitoyable, extrêmement lâche, qui s’en prend à une femme seule et sans défense », accuse Thierry Lescouarc’h, procureur du tribunal de Quimper.  Son réquisitoire est plusieurs fois interrompu par l’un des prévenus, particulièrement amer du traitement qui lui est infligé. « On n’entend que vous aujourd’hui ! », s’exclame le procureur. « J’ai une voix portante », lui répond l’intéressé.

Un autre procès le 2 juin

Le prévenu bruyant regrette que le caractère de l’agression qu’il a subi ne soit pas reconnu et que le père et le fils ne comparaissent pas en même temps qu’eux. « Les faits du matin précédant l’agression seront jugés lors d’un procès en juin prochain », l’informe la présidente. Les trois avocats de la défense ont en effet pointé du doigt cet aspect lors de leur plaidoirie. 

Aucune preuve de séquestration d'après la défense

Ils se rejoignent sur un point : le caractère de la séquestration n’est, selon eux, pas établi, et plaident unanimement la relaxe. Ils ne seront pas suivis. Après une heure de délibéré, la présidente de la Cour a condamné les prévenus à des peines de 18 mois d’emprisonnement, avec un sursis allant de 9 à 12 mois, ainsi qu’une mise à l’épreuve et une interdiction de port d’armes durant trois ans. Deux des prévenus ne doivent plus passer par le  Finistère pendanttrois ans.