Faits divers – Justice

Séquestration d’une fillette à Plabennec : le suspect relâché

Par Annaïg Haute et Hervé Cressard, France Bleu Breizh Izel mercredi 21 octobre 2015 à 22:29

La gendarmerie mobilise en permanence 5 à 10 enquêteurs sur cette affaire.
La gendarmerie mobilise en permanence 5 à 10 enquêteurs sur cette affaire. © Maxppp - Sebastien JARRY

Le jeune de 19 ans qui a été interpellé mardi 20 octobre a finalement été libéré à l’issue de sa garde à vue. L’enquête redémarre pour trouver l’homme qui a ligoté la petite fille à un arbre pendant deux heures, à sa sortie de l’école, à Plabennec, jeudi.

Le jeune homme de 19 ans, qui réside dans la commune, correspondait au signalement d'un individu au comportement suspect, aperçu par une joggeuse peu avant l'agression de la fillette. Un témoignage obtenu avant même l'appel à témoins lancé par la gendarmerie.

C’est en traversant le petit bois pour rentrer chez elle après l’école que la petite fille de 10 ans a été ligotée à un arbre pendant près de deux heures, à la veille des vacances, jeudi 15 octobre. Le suspect arrêté mardi a finalement été relâché, après 33 heures de garde-à-vue.

Pas d’éléments à charge, les tests ADN négatifs

Mais mardi, le parquet de Brest avait joué la carte de la prudence : une ressemblance, ce n'est pas suffisant. Après 33h de garde à vue, le suspect a d’ailleurs été libéré, ce mercredi soir. Il n'y a pas d'éléments à charge pour le mettre en cause et le déférer, a expliqué le magistrat de permanence, tout en restant discret sur le contenu des auditions.

Le suspect a des alibis pour les deux heures de la séquestration

Le jeune homme avait fourni des alibis, et les enquêteurs ont attendu le résultat des analyses de police scientifique, notamment l’ADN. Des prélèvements avaient été effectués sur la victime et le ruban adhésif qui avait servi à ligoter l'écolière.

Les enfants ne sortent plus seuls des centres de loisirs

L'enquête redémarre, entre cinq et dix enquêteurs sont mobilisés sur cette affaire qui inquiète la commune du nord Finistère. L’inquiétude est vive chez les parents. En cette période de vacances scolaires, la mairie a mis en garde les animateurs de centres de loisirs : pas question qu’un enfant reparte seul.