Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Séquestrée pendant quatre jours à Elne par son compagnon violent, elle témoigne

mercredi 5 août 2015 à 19:41 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné un homme de 39 ans à 5 ans de prison dont 4 ans ferme pour séquestration, violences, agression sexuelle, menaces de mort. En juillet 2014, il avait retenu chez lui son ancienne compagne, l'avait frappé, menacé et humiliée

Palais de justice de Perpignan
Palais de justice de Perpignan © François David / Radio France

Un homme de 39 ans était jugé ce mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Perpignan pour des violences conjugales particulièrement sordides. Violences mais aussi menaces de mort avec arme et séquestration. En juillet 2014 à Elne, l'homme retient pendant 4 jours contre son gré son ex compagne âgée de 45 ans. Il la frappe, la menace de mort, l'humilie.

Nathalie a cru qu'elle allait mourir. A son arrivée à l’hôpital les médecins recensent 22 plaies ou ecchymoses sur tout le corps : le visage, le dos, les cuisses, les seins et même le sexe. Ce jour là, elle revient voir son ancien compagnon à Elne, le couple est officiellement séparé depuis plusieurs mois, mais la rupture est difficile, ils continuent de se fréquenter, en cachette de leur famille. Cette visite va tourner au cauchemar : il veut absolument savoir si elle a rencontré d'autres hommes depuis leur "séparation", il espionne son téléphone, télécharge même un logiciel qui lui permet de retrouver les messages effacés. Et quand il comprend, il devient violent et frappe : des coups de poings, des coups de bâton d’aïkido. "Tu as les yeux du diable" , lui dit elle. "Tu as raison, c'est d'ailleurs aujourd'hui que tu meures"

Il décide de la laver à l'eau de javel "pour la purifier" dit il, il sort un couteau, lui attrape le clitoris et simule une excision. Puis il l'attache au radiateur, boit et s'enfile des boites entières de médicaments : "je vais me suicider sous tes yeux et tu ne pourras rien faire" . Nathalie réussi à prendre la fuite pour se réfugier chez elle, mais il la rejoint, défonce la porte du garage, elle s'enfuit encore et va demander de l'aide dans un restaurant où l'homme toujours dans un état de colère et de violence la retrouve. Il va tout casser, tables, chaises, il frappe le patron, un client et même un pompier. "On est complètement cinglés tous les deux" explique cet homme à l'audience, un mélange d'amour et de haine... "un couple toxique" confirme les experts, cette femme était sous l'emprise d'un homme jaloux et manipulateur qui l'a empêché de fuir pendant des années.

"Mon corps était noir de bleus."

"C'était des coups avec un sabre en bois, c'était me faire javelliser le corps, Il ne supportait pas qu'un autre homme ait pu me toucher, il voulait me purifier. Il m'a attaché au radiateur tout en continuant de me frapper. il m'a empeché de partir. Mon corps était noir de bleus. Ce n'était pas la première fois , j'ai déjà eu le nez cassé deux fois, des doigt cassés, le visage tuméfié à pas sortir pendant un mois, un coup de couteau  mais c'était aussi des violences verbales qui font parfois en plus mal , parce que le physique ça s'en va, mais les mots restent. Je n'avais jamais porté plainte par peur, mais aussi par amour pour mon bourreau " raconte Nathalie

Procès Violence conjugale / son 2

"Ce sont des hommes qui sucent le cerveau, on est endoctriné."

A la sortie de l'audience Nathalie raconte aussi comment elle a été embrigadée par cet homme pendant sept ans :

"Ce sont des personnes qui sucent le cerveau, ce sont des manipulateurs, on n'a plus de raisonnement personnel, tant qu'on n'est pas avec eux on n'a l'impression d'être perdus. Il m'a fallu des années pour le comprendre.""Avant je disais que j'avais un homme gentil qui devenait méchant mais non ! En fait j'avais un diable qui de temps en temps était gentil. C'est quelqu'un de machiavélique et manipulateur , et assez intelligent pour passer au travers des psychiatres.Les gens ne sont pas encore assez au courant de ce qui peut se passer avec un homme violent, on ne reste pas avec eux par plaisir , on est complètement endoctriné, on a des gourous qui nous empêchent de réfléchir qui nous isolent complètement"

"J'ai réussi à me sortir des griffes du diable."

"Cette histoire est un mal pour un bien, j'ai réussi à me sortir des griffes du diable, je ne suis pas encore sauvée, mais je me reconstruis"

Procès Violence conjugale / son

A l'audience, l'homme n'a que partiellement reconnu les faits : la purification à l'eau de javel, c'était elle qui la voulait, le radiateur, c'était un jeu sexuel. Il ne se souvient pas d'avoir utiliser un bâton d’aïkido, ni d'avoir proféré des menaces de mort. De son côté l'avocat du prévenu a évoqué de graves troubles psychiatriques qui pouvaient expliquer ces accès de violence, une addiction à l'alcool, au cannabis, aux médicaments. "Un homme qui a surtout besoin de soin" a plaidé maître Pierre Bassole

L'homme a été condamné à 5 ans de prison dont 4 ans ferme par le tribunal correctionnel de Perpignan.**