Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

''Mon ex-belle-fille nous a séquestrées et violentées pour seulement 40 euros et quatre cigarettes''

-
Par , France Bleu Hérault

Témoignage : l'une des personnes-âgées agressées le 31 décembre dernier à Valras-Plage a bien voulu nous raconter ses 20 minutes de calvaire et celui de sa mère de 88 ans. L'un de ses agresseurs n'est autre que son ex-belle-fille qui avait besoin d'argent pour acheter sa drogue

Box des accusés au Palais de Justice de Béziers
Box des accusés au Palais de Justice de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

"Vous vous rendez compte c'est mon ex-belle-fille qui nous a agressé pour seulement 40 euros, et quatre cigarettes". Brigitte jeune retraitée, toujours choquée trois semaines après son calvaire, est venue ce vendredi au tribunal de Béziers en espérant trouver le regard de celle qui l'a séquestrée, attachée et volée. Les agresseurs présumés, accro à la cocaïne et à l'alcool, étaient en comparution immédiate mais l'affaire a été renvoyée. Brigitte, prend un moment pour nous raconter ce qu'elle a vécu.

Le 31 décembre 2019, alors qu'elle préparait le repas du réveillon, avec sa propre mère de 88 ans, un homme et une femme, installés dans les Pyrénées-Orientales, ont pénétré dans leur maison de Valras-Plage  (visages masqués) en se faisant passer pour des agents réalisant un sondage.

Un acte prémédité : sa belle-fille est venue trois jours avant, pour savoir si elles étaient seules le 31 

"C'est allée très vite. Pas plus de 20 minutes. J'ai voulu me défendre. Lui, il m'a jeté au sol. Ma mère pensait qu'il allait me violer quand il était sur moi.. Elle, elle n'a pas dit un mot pour pas que je la reconnaisse. Elle connaissait la maison. Ils sont allés à l'essentiel.  C'est dur. Je n'en dors toujours pas la nuit"

''Elle aurait dû me demander au lieu de me voler''

Les deux victimes ont été attachées dos à dos avec du scotch

Ils nous ont volés nos deux cartes bancaires. Mais vous pensez bien, je ne suis pas bête. Je n'ai pas donné les bons codes. Les cartes bleues ont été avalées par le distributeur

Brigitte est accompagnée de sa fille Manon. C'est elle qui a alerté les gendarmes. Sa grand-mère, choquée elle aussi, n'a pas pu venir au tribunal. Elle aurait bien aimé explique t-elle. ''Mais elle est affaiblie''. 

C''est un vrai choc vous savez. En plus il y a préméditation. Tout cela, parce qu'elle avait besoin d'argent pour acheter sa cocaïne.  Elle aurait dû nous demander. Nous avons toujours été là pour elle .

''Ce n'est même pas un problème familial ni un conflit''.

"Une chose est certaine rajoute Brigitte. Il faut remercier les gendarmes de Valras-plage". 

Ils ont été formidables. Ils les ont eus en seulement trois semaines. Ils méritent le champagne. j'irai le boire avec eux. Le maire aussi. Il a immédiatement changé la serrure de la maison pour que les auteurs ne reviennent pas.

En attendant leur procès  début février, les prévenus âgés de 33 et 43 ans ont été placés en détention provisoire.

Elle, 33 ans, mère de deux enfants, sans emploi, vit du RSA.  Son casier ne porte qu'une seule mention pour cambriolage. Lui, père de deux enfants dont un à charge, est intérimaire (conducteur d'engins BTP).  Son casier judiciaire fait état d'un condamnation pour défaut d'assurance.

Toute au long de l'audience, ils n'ont exprimé aucune excuse. Quand la présidente demande avec insistance,  s'ils avaient quelque chose à rajouter, Claire Ougier, n'obtient qu'un haussement des épaules et un long silence.

J'ai essayé de croiser le regard de mon-ex-belle-fille rajoute Brigitte. Mais elle n'a pas trouvé le courage de me regarder en face

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu