Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Série de meurtres dans le milieu des marginaux à Niort : le point sur l'enquête

vendredi 22 juillet 2016 à 18:18 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

Le profil des cinq personnes mises en examen dans la série de meurtres qui ont eu lieu quartier de la colline Saint-André, à Niort, se précise. Le parquet de Poitiers a donné une conférence de presse, ce vendredi, après la découverte de quatre corps entre le 22 mai et le 19 juillet.

Le parquet de Poitiers a donné une conférence de presse ce vendredi
Le parquet de Poitiers a donné une conférence de presse ce vendredi © Radio France - Noémie Guillotin

Niort, France

" C'est l'un des dossiers les plus sordides et les plus violents de ce que nous avons été amenés à traités", raconte Eric Dubuis, chef de l'antenne de la police judiciaire de Poitiers. Le commissaire de police ne donnera pas plus de détails sur les mutilations constatées sur les corps. Cinq personnes au total sont mises en examen pour homicides volontaires et actes de torture et de barbarie. Ces hommes sont en détention provisoire depuis fin mai.

Des motivations crapuleuses

La série de meurtre s'est déroulée dans un contexte de grande précarité, d'alcoolisation massive, de consommation de produits stupéfiants. Deux groupes semblent se distinguer avec des marginaux qui ont un toit, reçoivent des allocations et d'autres en rupture totale.

"Les motivations paraissent essentiellement crapuleuses", précise François Thevenot, procureur de la République adjoint de Poitiers. S’approprier un appartement, un peu d'argent, des bijoux,  même si les victimes ne possédaient pas grand chose.

Qui sont les victimes ?

Première victime. Un homme de 45 ans évoluant dans les milieux marginaux est retrouvé mort le 22 mai dans un appartement de la rue Jean-Migault, dans une baignoire. Son corps porte de nombreuses traces de coups et des mutilations. La découverte est permise par l'un des mis en cause qui se rend au commissariat de Nantes pour se dénoncer.

Deuxième et troisième victimes. Le locataire de l'appartement de la rue Jean-Migault. Il n'avait plus donné de signe de vie depuis le 24 avril. Le corps de cet homme de 49 ans a été découvert enterré dans le jardin d'un pavillon squatté, rue de la Poterne, le 22 juin. A côté un autre corps est retrouvé, celui d'un SDF âgé de 19 ans.

Quatrième victime. Dans le cadre d'une enquête pour disparition inquiétante, les enquêteurs retrouvent un 4e corps le 19 juillet. L'autopsie réalisée ce jeudi n'a pas permis de l'identifier officiellement mais les causes criminelles de la mort sont établies. Le corps a été retrouvé dans un état de putréfaction avancé.

Le parquet précise qu'aucune autre disparition n'a été signalée dans le milieu des marginaux.

Qui sont les personnes mises en examen ?

Ils sont cinq hommes du milieu marginal, âgés de 20, 30, 32, 48 et 56 ans. Tous ne sont pas forcément impliqués dans toutes les affaires.

Dans ce groupe meurtrier y-a-t-il un leader ? Le parquet parle en tout cas d'un "noyau dur", mais le niveau de responsabilités de chacun des protagonistes doit encore être affiné. Tous sauf un ont des antécédents judiciaires.