Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Si tu bouges de là, je te brûle!" raconte une employée de la maison de retraite de Montferrier-sur-Lez

-
Par , France Bleu Hérault

Au deuxième jour du procès d'Eric Boucher, accusé du meurtre à la maison de retraite de Montferrier-sur-Lez il y a près de trois ans, une des victimes est passée à la barre. L'aide soignante qui a donné l'alerte. Devant les assises de l'Hérault, elle a raconté comment sa vie a basculé ce soir-là.

Le soir du meurtre,le déploiement des forces de l'ordre est impressionnant
Le soir du meurtre,le déploiement des forces de l'ordre est impressionnant © Maxppp -

Montferrier-sur-Lez, France

Ce soir-là, comme d'habitude Maryvone A. fait sa ronde pour fermer à clef les portes de maison de retraite pour prêtres à Montferrier-sur-Lez quand, tout à coup, elle est surprise, au détour d'un couloir, par un homme très grand, menaçant, en tenue de commando noire, cagoulé et armé jusqu'au dents. "J'ai crié de peur". Cet homme, c'est Eric Boucher qui a enfilé sa tenue de Airsoft et qui la met en joue avec la réplique plus vraie que nature d'une Kalachnikov. À 50 ans, il est jugé depuis jeudi pour meurtre par la cour d'assises de l'Hérault. Celui de la lingère de l'Ehpad qui accueille des anciens missionnaires en Afrique.

Elle pensait que son heure était venue

Eric Boucher traîne l'aide-soignante dans la bibliothèque, l'insulte, la frappe, la ligote, la bâillonne. "Si tu bouges de là, je te brûle!" Maryvonne A. est sidérée. Elle pense à ses enfants, ses petits enfants et se dit qu'elle va mourir là. "Je me suis fait pipi dessus". Pour elle, c'est une attaque terroriste : l'agresseur lui a dit qu'il est venu pour "tuer les pères"

Un appel au secours poignant

Laissée seule, c'est justement dans la chambre d'un des prêtres qu'elle se réfugie, après s'être libérée de ses liens, pour téléphoner aux gendarmes. Elle est complètement affolée, angoissée, mais à l'écoute de l'enregistrement de l'appel à l'aide on entend qu'elle s'efforce de ne pas parler trop fort. Elle ne cesse de répéter "Dépêchez-vous!" Ensuite, elle se cache dans un placard en attendant les secours. 

Ce qui lui est arrivé ce soir-là, ça s’atténue avec le temps mais ça ne disparaît jamais"- Une experte psychologue

Quand elle a appris la mort de sa collègue, cela l'a traumatisée. Puis fait culpabiliser. "Pourquoi elle et pas moi?" Les jours, les semaines qui ont suivi ont été "une longue période de souffrance et de thérapie". Aujourd'hui elle va mieux mais "ma vie a basculé ce soir-là. Il y a un avant et un après".

Choix de la station

France Bleu