Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Si tu pars pas dans les cinq minutes, je te tue" : en Mayenne, un homme menaçait et frappait sa femme

-
Par , France Bleu Mayenne

Un mari violent a été condamné, ce mardi, à 6 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Laval. Ne supportant pas la séparation, cet homme, en plus des menaces et des humiliations, avait frappé à plusieurs reprises son épouse.

Tribunal de Laval - image d'illustration.
Tribunal de Laval - image d'illustration. © Radio France - Charlotte Coutard

Les propos sont glaçants : "Si tu pars pas dans les 5 minutes, je te tue". Une dispute, une nouvelle dispute, ça fait des mois que la situation familiale est sur le fil du rasoir. Il est ivre, il se tourne vers ses enfants, allume une cigarette et ajoute : "Vous n'avez jamais vu une mère en feu", suggérant l'immolation de sa femme. "Je ne l'aurais pas fait de toute façon" dit-il à la barre ce mardi. Heureusement.

Des coups de pied et de poing

Des menaces de mort, des insultes, des humiliations, cet homme fait subir un calvaire, un enfer à son épouse. Elle exige le divorce, tente de renouer quand même le dialogue avec lui pour que les choses se passent bien. Il est sourd à cette proposition. Cette fois, c'est de la violence physique. Une dispute, une nouvelle dispute. Un coup de pied dans la poitrine. Une dispute encore, ça s'envenime. Il fracasse le portable de sa femme et la frappe,un  coup de poing en pleine figure.

Il tente de minimiser la portée de son comportement violent

Lors de l'audience au tribunal correctionnel, il tente de justifier son comportement en faisant aussi porter le chapeau à son épouse, "elle a un gros caractère" lance-t-il, comme si ça excusait les violences, les humiliations, les menaces. Le tribunal n'apprécie pas. Cette femme, épuisée moralement, souhaite désormais la paix qu'elle n'aura hélas jamais obtenu de son mari.

Femmes victimes de violence conjugale, composez le 3919.
Femmes victimes de violence conjugale, composez le 3919. © Radio France - Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess