Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Sidération dans un rassemblement à Montpellier après l'assassinat d'un professeur dans les Yvelines

-
Par , France Bleu Hérault

Environ 70 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier, ce samedi 17 octobre 2020, en hommage au professeur d'histoire-géographique décapité vendredi 16 octobre dans les Yvelines.

Environ 70 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier.
Environ 70 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier. © Radio France - SNES Hérault

Ce samedi 17 octobre 2020, environ 70 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Montpellier. Elles répondaient à l'appel lancé par le SNES, syndicat majoritaire dans le corps enseignant, au lendemain de l'assassinat d'un professeur d'histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Le quadragénaire a été décapité ce vendredi 16 octobre, dans l'après-midi, après avoir montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves.

Il n'y aura pas de censure. Au contraire, plus que jamais, nous devons porter ces valeurs - Delphine Lécureuil, enseignante d'histoire-géographie dans un lycée de Montpellier.

La sidération régnait entre les petits groupes formés sur la place du Marché-aux-fleurs. "Il y a effectivement un verrou qui vient d'exploser, image Delphine Lécureuil, enseignante d'histoire-géographie dans un lycée montpelliérain, c'est très déstabilisant pour les professeurs... On a besoin d'échanger entre collègues, de confronter nos expériences parce que c'est parfois, effectivement, compliqué de faire des cours là-dessus.

Âgée de 48 ans, elle ne sait pas encore comment réagir face à cette tragédie. "D'ici la rentrée, on va réfléchir à comment reprendre avec les élèves, explique la professeure. C'est l'occasion d'avoir des débats très intéressants sur ces questions-là, même si c'est terrible de les avoir dans ces circonstances-là."

À lire aussi : "EN IMAGES - Professeur tué dans les Yvelines : des hommages organisés partout en France"

Michaël Delafosse est venu soutenir le rassemblement, en tant que maire de Montpellier mais aussi en tant que professeur d'histoire-géographie, poste qu'il occupe toujours dans un collège. "Je vois exactement quel cours a donné mon collègue décédé  : c'est ce que moi j'enseignerai en janvier, indique l'élu. Je ne vais rien changer à mon enseignement, comme l'ensemble de mes collègues. Et je suis sûr d'une chose : après ce drame, aucun enseignant d'histoire-géo ne va renoncer à enseigner la laïcité et la liberté d'expression mais plutôt redoubler d'ardeur pour promouvoir nos valeurs."

Un rassemblement est prévu ce dimanche 18 octobre 2020, une nouvelle fois devant la préfecture de Montpellier, à partir de 15 heures.

À lire aussi : "Les associations de Montpellier devront signer une charte de la laïcité pour toucher des subventions"

À lire aussi : "Un collectif demande au maire de Montpellier de renoncer à la charte de la laïcité"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess