Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Faits divers – Justice

Mouvement des surveillants de prison : situation critique à la maison d'arrêt de Pau

-
Par , France Bleu Béarn

Les surveillants de la maison d'arrêt de Pau se font tous porter pâles comme ils n'ont pas le droit de grève. Dans la prison, la situation est de plus en plus tendue. Ce mardi après-midi, une surveillante a été blessée par un détenu mineur.

La voiture de SOS Médecins devant la maison d’arrêt de Pau ce mardi après midi
La voiture de SOS Médecins devant la maison d’arrêt de Pau ce mardi après midi © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

La situation devient très tendue à la maison d’arrêt de Pau. Depuis ce mardi matin le mouvement des gardiens de prison a pris une nouvelle forme : plus de bousculades devant l'entrée avec la police. Juste l’absentéisme. Les surveillants ce mardi matin étaient tous en arrêt maladie. Et la relève mardi soir également. 

Avec les moyens du bord

Ce mercredi matin, tous les surveillants sont ou vont être arrêtés. Ils sont 60. Ce mardi, la maison d’arrêt a fonctionné avec l'équipe de nuit qui est restée jusqu’à 15h30 pour certains. Cela fait une journée de 26 heures quand même. Des officiers d'autres établissements sont venus en renfort, et puis quelques policiers aussi. Mais ces derniers ne sont pas habilités à utiliser les trousseaux de clés. Donc on peut le dire, la situation est plus que critique.

Une surveillante en chef agressée

Les détenus eux aussi sont de plus en plus tendus. Le parloir de ce mercredi est supprimé, comme lundi. Ce mardi il n'y a pas eu d'activités sportives. Ce climat créée des tensions. Ce mardi après midi vers 15 heures, une cheffe a été agressée dans le quartier des mineurs par un jeune garçon. Au retour de la cour de promenade, il a donné un coup de pied dans une porte qui s'est fermée sur la tête de la surveillante. Celle ci a perdu connaissance. Elle est choquée également. Elle a été auscultée par un médecins d'SOS Médecin. Les pompiers l'ont ensuite pris en charge.

Dans le journal de 8 heures ce mercredi matin, Régis Roger, surveillant et délégué CGT de la maison d'arrêt de Pau sera l'invité de France Bleu Béarn