Faits divers – Justice

Sivens : les gendarmes ont mis fin à l'occupation du site par les zadistes

France Bleu Toulouse vendredi 6 mars 2015 à 7:55 Mis à jour le vendredi 6 mars 2015 à 14:58

Le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn
Le chantier du barrage de Sivens, dans le Tarn © MaxPPP

Journée sous haute tension à Albi et Sivens, dans le Tarn : le conseil général a tranché en faveur d'un barrage réduit en lieu et place du projet initialement prévu. Le conseil général s'est également prononcé pour "l'explusion sans délai" des occupants du site, les "zadistes". Les gendarmes sont entrés sur le site aux alentours de midi.

Journée sous haute tension à Sivens, dans le Tarn : les gendarmes ont fait irruption sur le site du chantier du barrage de Sivens, pour expulser les ZADistes , ces opposants au projet qui occupent la zone depuis plusieurs mois. Ils ont mis fin quelques heures plus tard à l'occupation du site, en s'emparant d'une trentaine de récalcitrants.   

Vingt-et-une personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, et les forces de l'ordre n'avaient pas recensé de blessés.

Le conseil général a opté pour la création d'un réservoir sur cette même zone de Sivens, mais deux fois plus petit que dans le projet initial. L'autre solution qui s'offrait aux élus était la mise en place de non pas une, mais trois retenues , une à Sivens et deux autres un peu plus loin, n'affectant pas la zone humide que devait couvrir le barrage prévu au départ. 

Les manifestations de jeudi interdites

Cette décision a été prise dans un climat "d'extrême tension" autour du barrage depuis le début de la semaine : d'un côté, les agriculteurs, fervents défenseurs du projet qui est selon eux essentiel à leur survie ; de l'autre, les opposants au projet qui occupaient ce qu'ils ont nommé la ZAD (Zone à défendre) depuis des mois. Depuis lundi, des agriculteurs de la FNSEA bloquaient les entrées de la ZAD ; certains ont pénétré sur le site mercredi, et des affrontements ont eu lieu.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a demandé au préfet du Tarn d'interdire les manifestations qui étaient prévues à Albi en marge des débats au Conseil général, "compte tenu des risques graves auxquels s'exposent les manifestants" . Au mois d'octobre dernier, un jeune militant, Rémi Fraisse, avait été tué par une grenade de la police pendant des affrontements sur le site du barrage de Sivens, provoquant l'arrêt du chantier. 

Partager sur :