Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Sivens : un gendarme renvoyé devant le tribunal pour violences aggravées

jeudi 30 août 2018 à 17:21 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie et France Bleu

C'est une information de Mediapart ce jeudi : un gendarme va comparaître devant la justice pour violences aggravées pour avoir blessé grièvement avec une grenade une opposante au barrage de Sivens dans le Tarn. C'était trois semaines avant la mort d'un autre militant, Rémi Fraisse.

Sur le site de Sivens (Tarn), une sculpture en hommage au combat des opposants et de Rémi Fraisse avait été installée en octobre 2015.
Sur le site de Sivens (Tarn), une sculpture en hommage au combat des opposants et de Rémi Fraisse avait été installée en octobre 2015. © Radio France - Marine Vlahovic

Barrage de Sivens, Lisle-sur-Tarn, France

La jeune femme de 25 ans avait eu 15 jours d'incapacité totale du travail.  Ce jour d’octobre 2014, elle était dans une caravane occupée par des opposants au barrage quand un gendarme a lancé une grenade  de désencerclement dans le logement. Elsa Moulin a été grièvement blessée à la main. Le militaire en question est renvoyé devant le tribunal selon une ordonnance datant du mardi 28 septembre. Il comparaîtra pour "violences aggravées par personne dépositaire de l'autorité publique et avec une arme, ayant entraîné une incapacité totale de travail supérieur à 15 jours" relate Mediapart.

L'ombre de Rémi Fraisse

Le gendarme avait affirmé que des zadistes le menaçaient et qu'il avait cherché à les faire fuir, sans comprendre que la grenade avait explosé à l'intérieur de la caravane qu'il disait ne pas avoir visé. L'instruction a montré qu'aucun groupe d'opposants n'a franchi le cordon de gendarmerie, la légitime défense n'est donc pas recevable.

Les faits avaient eu lieu trois semaines avant la mort de Rémi Fraisse, un militant écologiste toulousain de 21 ans, le 26 octobre 2014 sur le barrage de Sivens. Dans ce dossier-là, les parents du jeune homme tué par une grenade offensive ont éclusé tous les recours juridiques. En janvier dernier, un non-lieu a été prononcé.