Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Six ans de prison pour l'intérimaire qui dealait dans sa voiture près des Chantiers de l'Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan

11 personnes étaient jugées pour trafic de stupéfiants par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire depuis lundi. Un dossier à tiroir où la drogue, surtout de l'héroïne, était revendue par un intérimaire des chantiers de l'Atlantique sur un parking attenant au site. Il écope de six ans de prison.

Les gendarmes avaient baptisé leur enquête "fleur de sel"
Les gendarmes avaient baptisé leur enquête "fleur de sel" © Radio France - Anne Patinec

Depuis ce lundi, 11 personnes -neuf hommes et deux femmes- étaient jugées pour trafic d'héroïne, de cocaïne, de cannabis, par le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire. Un dossier à tiroir où l'un des principaux prévenus, un homme de 48 ans originaire de la Turballe, déjà condamné pour trafic de stupéfiants, était employé comme intérimaire aux chantiers navals et revendait la drogue dans sa voiture, garée sous le tunnel d'un parking attenant aux Chantiers de l'Atlantique. Les gendarmes avaient baptisé leur enquête "fleur de sel"

14 kg d'héroïne saisis dans un box

Même quand il n'avait pas de contrat en intérim, le quadragénaire résidant à la Turballe venait garer sa voiture régulièrement dans le tunnel d'un parking attenant aux Chantiers de l'Atlantique. "C'était pour boire un coup, ça fait 20 ans que ça dure, on ne va pas changer les habitudes" tente-il d'expliquer au tribunal. Consommateur d'héroïne, le quadragénaire reconnaît toutefois revendre de la drogue à certains collègues de travail mais minimise la quantité. Pourtant, les écoutes téléphoniques et les surveillances des gendarme qui le repèrent des dizaines de fois sur le parking l'accablent. 

Lors des perquisitions à son domicile, les enquêteurs saisissent plus de 40.000 euros en liquide ainsi qu'un peu de stupéfiants et deux armes. Et dans un box loué par l'intérimaire à la Turballe, ils découvrent près de 14 kg d'héroïne et 20 kg de cannabis. "Je n'en avais pas la clef, explique le prévenu. Je servais juste de nourrice à mes fournisseurs du nord de la France et je testais leur marchandise", essaie de se justifier le détenu, qui est condamné à six ans d'emprisonnement et à 20.000 euros d'amende. 

Sa compagne, également poursuivie et consommatrice , explique "qu'elle n'avait pas connaissance du trafic même si elle payait ses courses en liquide". Elle est condamnée à 12 mois de prison avec sursis, 10.000 euros d'amende et obligation de soins. 

Quatre ans de prison pour l'autre pilier du trafic

L'autre pilier du trafic, un quadragénaire, animateur dans un Ehpad à Nantes, tente aussi de minimiser son rôle. "La dernière fois que je suis sorti de prison, j'ai arrêté de vendre de la drogue", explique le Nantais. Quand la présidente lui détaille le nombre de passages chez des clients relevés par les enquêteurs, il se justifie : "Je suis resté en contact car certains me devaient de l'argent et puis ça reste des amis", dit-il à plusieurs reprises. Il est condamné à quatre ans de prison et 10.000 euros d'amende. 

Les clients poursuivis, des gens insérés, ne sont pas non plus très loquaces; ils revendaient pour financer leur consommation et disent tout faire aujourd'hui pour décrocher de l'héroïne. Leurs condamnations vont de un an d'emprisonnement avec sursis à 24 mois dont 12 avec sursis probatoire pendant deux ans. 

Le procès de huit autres prévenus soupçonnés d'être impliqués dans un troisième trafic, révélé par l'enquête, a été renvoyé en décembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess