Faits divers – Justice

Six blessés légers après une bagarre au lycée Jean Quarré à Paris

Par Faustine Calmel, France Bleu Paris vendredi 16 octobre 2015 à 17:56

Occupation du lycée Jean Quarré à Paris (19e)
Occupation du lycée Jean Quarré à Paris (19e) - Aurélien Morissard / Maxppp

Six personnes ont été légèrement blessées cet après-midi, après une rixe au lycée Jean Quarré. Cet établissement désaffecté du 19e arrondissement, près de la Place des Fêtes, est occupé depuis la fin du mois de juillet par plusieurs centaines de migrants et réfugiés.

On estime qu'ils sont aujourd'hui environ 700 migrants, en grande majorité des hommes, à vivre dans des situations précaires dans ce lycée hôtelier désaffecté. Et depuis quelques semaines, la situation est de plus en plus tendue. Les bagarres se multiplient.

Une rixe à la barre de fer

Ce vendredi après-midi vers 15 heures la police a dû intervenir et les pompiers ont été appelés sur place pour une bagarre à coups de barre de fer. Six personnes ont été blessées, légèrement, selon les policiers. Personne n'a été interpellé. Le collège tout proche a dû garder les élèves à l'intérieur à l'heure de la récréation, de peur que des projectiles atterrissent dans la cour. 

Les élus EELV et PCF demandent l'évacuation

Le tribunal administratif de Paris a rendu un jugement fin septembre. Il laisse aux occupants jusqu'au 26 octobre pour quitter les lieux, ensuite ils pourront être expulsés. Aurélie Solans, conseillère Europe Ecologie les Verts de Paris dans le 19e arrondissement et voisine du lycée Jean Quarré estime qu'il faut agir plus vite : "il faut absolument que la situation soit réglée avant la rentrées des vacances scolaires" . Même son de cloche chez les élus communistes de Paris qui alertent sur "l'urgence absolue de la situation". "L'Etat doit de toute urgence livrer les places d'hébergement nécessaires à la prise en charge des occupants actuels du lycée". La mairie du 19e assure travailler à la recherche d'une bonne solution et a promis de reloger tous les occupants, au moins pendant un mois, le temps des démarches administratives comme cela a été fait pour les campement du quai d'Austerlitz et de la mairie du 18e.