Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Nordahl Lelandais

PHOTOS - 600 personnes à la marche blanche pour Maëlys au Pont-de-Beauvoisin

Les parents de Maëlys organisaient mercredi 27 décembre une marche blanche, quatre mois après la disparition de leur fille. Six cents personnes ont défilé sur les lieux de la disparition (Le Pont-de-Beauvoisin) avec des banderoles réclamant "la vérité".

Sur la gauche, les parents de Maelys tiennent la banderole "Pris en otage : la vérité pour Maelys".
Sur la gauche, les parents de Maelys tiennent la banderole "Pris en otage : la vérité pour Maelys". © Radio France - Véronique Pueyo

C'était une journée de silence, de recueillement, pour toute une population marquée par une absence, une disparition tragique. Quatre mois après sa disparition lors d'un mariage au Pont-de-Beauvoisin, Maëlys est toujours dans les têtes et dans les cœurs, en témoignent les six cents personnes ayant affronté la pluie pour cette marche blanche, mercredi 27 décembre.

Ils veulent "la vérité" sur cette affaire

Sur la banderole porté par la tête de cortège - dont les parents et la sœur de la fillette - il était inscrit "pris en otages, vérité pour Maëlys". Sur d'autres, on pouvait lire, "ton combat est notre combat", ou encore "Maëlys on t'aime". Le cortège, parti du lycée Pravaz et arrivé à la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, est resté silencieux, parents, avocat et maire de la commune refusant de s'adresser à la presse.

Des conditions météo difficiles

Les participants, la plupart venus du coin mais certains de bien plus loin (Nevers par exemple), ont bravé la pluie et même la grêle pour réclamer la vérité et éviter que l'affaire ne sombre dans l'oubli. Les messages des banderoles s'adressaient clairement à Nordahl Lelandais, principal suspect dans cette affaire, l'incitant à rompre son silence.

Des fleurs ont été déposées à Pont-de-Beauvoisin.
Des fleurs ont été déposées à Pont-de-Beauvoisin. © Radio France - Véronique Pueyo

Des fleurs déposées en silence

Dans un message sur Facebook, la maman de Maëlys, Jenifer, écrivait : "Chacun sera libre de déposer un objet pour Maëlys. _Une bougie, une fleur, une peluche_. Merci pour votre soutien." Son message a été entendu puisque plusieurs dizaines de personnes sont venues déposer des bougies à LED et autres peluches ou fleurs sur les lieux de la disparition de la fillette.

© Radio France - Véronique Pueyo
© Radio France - Véronique Pueyo
© Radio France - Véronique Pueyo
© Radio France - Véronique Pueyo
Le Pont-de-Beauvoisin, en Isère
Le Pont-de-Beauvoisin, en Isère © Radio France - Denis Souilla
Choix de la station

À venir dansDanssecondess